En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Fort de son succès, l’Executive Master prépare les prochaines étapes de son développement

Nicolas Mottis, directeur de l’Executive Master depuis sa création a souhaité en confier les rênes à Cécile Chamaret. Dans un entretien croisé à Dixit, ils reviennent sur les facteurs du succès de ce programme lancé en 2016 et sur les prochaines étapes de son développement.

Nicolas Mottis et Cécile Chamaret à la Maison des Polytechniciens le 28 juin 2021

Nicolas Mottis et Cécile Chamaret lors de la remise des  diplômes de la 3ème promotion de l'Executive Master à la Maison des Polytechniciens à Paris

Créateur de l’Executive Master dont il assure la direction depuis l’origine, Nicolas Mottis, professeur au sein du Département Management de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat (MIE) a souhaité confier à Cécile Chamaret le soin de conduire les prochaines étapes du développement du programme. Maître de conférence au sein du Département MIE depuis 2017, Cécile Chamaret a déjà participé au succès de l’Executive Master comme enseignante et tutrice de Team Pojects.

Cécile Chamaret prendra officiellement la direction du programme le 1er septembre et s'occupera de la 5ème promotion dès son démarrage. Nicolas Mottis accompagnera la 4ème promotion jusqu'à sa diplomation et continuera à intervenir comme professeur pour l'animation des Team Projects, notamment.

La remise des Diplômes de la 3ème promotion de l’Executive Master a eu lieu le 28 juin à la Maison des Polytechniciens. Comment le programme se positionne-t-il sur le marché de la formation continue des dirigeants ?

Nicolas Mottis :  Cela reste un programme assez unique, qui combine sciences, technologies et management. Il s'adresse à des cadres et dirigeants de 43 ans de moyenne d'âge et d'une grande variété de profils que ce soit en termes de secteurs, de pays, de taille d'entreprise, de formation initiale, etc. Il est très différent des Executive MBA classiques y compris sur sa composante management, qui dans le cas de l'Executive Master est très centrée sur le management de l'innovation et le développement personnel. Enfin il est sur un format modulaire, sur 14 mois avec quelques modules réalisés dans certaines des meilleures universités mondiales (Berkeley, TUM...).

Cécile Chamaret : L'originalité de la formation se trouve dans les composantes "état de l'art" du programme qui permettent à des cadres et dirigeants d'actualiser leurs connaissances dans des domaines scientifiques de pointe et en constante évolution. La formation permet aussi aux participants de développer des projets d'entreprenariat innovants et à forte dimension technologique.

Les diplômés de la 3e promotion de l'Executive Master

Les diplômés de la 3ème promotion de l'Executive Master

Quels ont été, selon vous, les facteurs clés de succès du programme ?

Cécile Chamaret : une des forces du programme est d’évoluer sans cesse pour permettre l'acquisition des connaissances scientifiques les plus récentes. Les modules évoluent chaque année pour offrir la formation la plus pointue possible au contact des chercheurs de l'École. L'effectif de la promotion (36) et la diversité des profils permettent aussi des échanges riches et qualitatifs entre participants.

Nicolas Mottis : la qualité de l'enseignement, qui s'appuie essentiellement sur des chercheurs seniors à la pointe dans leur domaine, et l'esprit entrepreneurial développé tout au long du parcours et qui se traduit par de nombreuses créations d'entreprises.

Comment l’Executive Master s’inscrit-il dans l’offre de formation de l’École polytechnique et de l’Institut Polytechnique de Paris ?

Nicolas Mottis : C'est le diplôme de l'X en executive education. Il accueille des participants de haut niveau et capitalise sur le meilleur de la tradition polytechnicienne (cursus généraliste, haut niveau d'abstraction et d'exigence, capacité à mettre en oeuvre, composante importante en humanités, sciences sociales et management, etc.)

Cécile Chamaret : l'Executive Master vient compléter l'offre de formation de l'Ecole polytechnique en prenant le parti d'une formation de haut niveau longue, exigeante et diplômante.

Quelles sont les prochaines grandes étapes de développement du programme et notamment le calendrier d’ouverture d’une seconde promotion annuelle ?

Cécile Chamaret : Nous souhaitons renforcer l'internationalisation du programme avec l'ouverture prochaine d'une seconde promotion dont les cours seront exclusivement en anglais et à destination des étrangers expatriés en France notamment. L'internationalisation passera aussi par le développement de nouveaux partenariats dans des institutions étrangères d'excellence.