En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Fructueuse réunion à l’X pour le consortium LOTUS

La deuxième réunion du consortium LOTUS s’est tenue du 19 au 21 juin à l’École polytechnique, rassemblant partenaires européens et indiens. Son objectif était d’analyser les résultats préliminaires du projet et de déterminer l’implantation des premiers cas d’utilisation.

Fructueuse réunion à l’X pour le consortium LOTUS

Lancé officiellement en février de cette année, le projet LOTUS rassemble 21 partenaires européens et indiens (centres de recherche, PME, collectivités publiques, ONG) avec l’objectif de co-créer, co-concevoir et co-développer de nouvelles technologies à bas coût pour résoudre les problématiques liées à l’eau auxquelles l’Inde est confrontée.

L’Inde fait face à de nombreux défis en matière d’approvisionnement en eau potable, traitement des eaux usées et gestion des systèmes de distribution. Seul 30% de la population a accès à l’eau potable depuis une source convenablement traitée, souvent quelques heures par jour, et pas nécessairement tous les jours. Près de 38 millions d’Indiens souffrent chaque année d’une affection liée à la mauvaise qualité de l’eau, dont bon nombre d’enfants.

La rapide industrialisation de l’économie et l’urbanisation mettent une forte pression sur le système d’adduction d’eau, et dans de nombreuses régions l’eau manque pour l’agriculture, situation encore aggravée par le changement climatique. Les solutions à ces problèmes se doivent d’être adaptées au contexte particulier de l’Inde et doivent également être à bas coût afin de profiter au plus grand nombre.

LOTUS est une des suites du projet PROTEUS de la commission européenne. Son objectif est de co-concevoir et co-produire, en coopération entre des partenaires européens et indiens, un capteur innovant de la qualité de l’eau utilisant des technologies avancées (nanotubes de carbone)

Le capteur proposé peut notamment être adapté sur mesure aux différents besoins de différentes applications, par exemple le suivi de la qualité de l’eau potable, le traitement des eaux usées, le suivi de l’eau dans l’environnement et les systèmes d’irrigation. Exploitant cette nouvelle technologie, LOTUS développera également des méthodologies et logiciels innovants pour la gestion de l'eau.

La solution LOTUS sera démontrée dans une variété de cas d’usage en Inde en zones urbaines et rurales. Elle s'adaptera à une grande variété de types d'eau : eau potable en réseau ou en citerne, eau d'irrigation, nappe phréatique, rivière ou encore eau d'évacuation traitée.

Après la fin du projet, il est prévu que les développements et la production des capteurs se poursuivent en Inde, fournissant une solution à la fois à bas coût et d’avant-garde dans le domaine du suivi de la qualité de l’eau et de la gestion de l’eau.

Doté d’un budget de 5 millions d’euros financé par la Commission européenne, dans le cadre du programme de recherche et innovation Horizon 2020, et par le gouvernement indien, le projet LOTUS est coordonné par l’École polytechnique et l’Indian Institute of Technology de Bombay.

La prochaine réunion plénière du projet LOTUS aura lieu au mois de décembre en Inde.