En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Hackathon tricontinental à Polytechnique

En mars 2016, l’École polytechnique a accueilli des étudiants de l’Université de Tokyo et de Columbia. Pendant leur séjour sur le campus, les étudiants du Japon et des États-Unis ont fait équipe avec des élèves de l’X pour participer à une expérience interculturelle unique : un hackathon tricontinental de 48h en partenariat avec Valeo.

Du 16 au 18 mars, un hackathon, sorte de marathon du codage au cours duquel s’affrontent des développeurs informatiques, était organisé sur le campus de l’École polytechnique. Au sein du Drahi X-Novation Center, une trentaine d’étudiants des universités de Tokyo, de Columbia et de Polytechnique ont travaillé en équipe de six pendant deux jours sur un projet technologique défini en partenariat avec Valeo, le sponsor de l’événement. Leur but : créer un produit visant à renforcer la sécurité et le confort dans les voitures, en utilisant l’Internet des objets.

Trois projets ont émergés lors de ce hackaton. Taha Zinifi, élève de 2e année à l’X et Président de l’association étudiante Cabinet Start-Up, a participé au projet SAM (Safety and Amenity Monitoring), un assistant personnel virtuel intégré à la voiture  permettant de détecter la fatigue du conducteur à l’aide d’une caméra et de biocapteurs. « Cette idée me vient d’un projet que je mène en ce moment en MODAL Image (Computer Vision) dont les applications peuvent ainsi servir à améliorer la sécurité au volant », explique Taha qui était responsable avec Mael Tréan (X2014) de la partie programmation et de la gestion de l’avancement du projet. Autre idée ayant vu le jour pendant l’évènement : « Asobo », une solution contrôlant la température de la voiture pour alerter et ainsi éviter le coup de chaleur pour les nourrissons et les enfants. Un troisième groupe a quant à lui proposé « CarStory », un système d’airbag extérieur visant à protéger les passants en cas de choc.

« La réussite de cet évènement est d’être parvenu à faire travailler trois nationalités ensemble sur un laps de temps aussi court », estime Taha Zinifi. Maîtrise de la langue, formations variées, culture du travail et sensibilité commerciale différentes : le pari était loin d’être gagné selon cet élève. « Définir un marché cible pour notre produit quand japonais, américains et français ne manifestent pas les mêmes besoins devient très vite un challenge intéressant ! », se réjouit Taha qui estime que « La différence s’est muée en complémentarité et la divergence des points de vue est devenue une source d’inspiration pour notre projet ». Au-delà d’apprendre à travailler dans un environnement interculturel, cet hackathon offrait également aux étudiants une opportunité d’échanger avec les entrepreneurs de l’incubateur et son équipe dédiée, dont le fabmanager, ainsi qu’avec les experts du Programme Entrepreneuriat et Innovation et des enseignants de l’X.
A l’issue des 48 heures, une cérémonie de clôture récompensant les projets réalisés a eu lieu le 18 mars en présence de Jacques Biot, président de l’École polytechnique.

Cet hackathon tricontinental a permis de renforcer les collaborations existantes entre l’X, Columbia et l’Université de Tokyo tout en encourageant les échanges culturels entre le Japon, les États-Unis et la France ainsi que les actions en faveur de l’entrepreneuriat et l’innovation.

> Lire le communiqué de presse