En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Jeanne Commault reçoit le Young Economist Award 2016

Jeanne Commault, doctorante du Département d’Économie de l’École polytechnique, a reçu le Young Economist Award 2016 de l’European Economic Association. Cette distinction récompense ses travaux consacrés à la réponse de la consommation à des changements de revenus transitoires.

Chaque année, l’European Economic Association récompense trois chercheurs de moins de 30 ans pour leurs travaux présentés à l’occasion de son congrès annuel. Cette année, parmi les trois lauréats figure Jeanne Commault, doctorante au Département d’Économie de l’École polytechnique.

Ses travaux récompensés portent sur la réponse de la consommation à des changements de revenus transitoires. « La question que je me pose est : ‘si un ménage reçoit aujourd'hui un chèque de 300 euros, va-t-il augmenter sa consommation ? Et si oui de combien ?’ », explique Jeanne Commault.

Une alternative aux méthodes existantes

Les études d’observation montrent que pour certains types de changements de revenus transitoires, comme une réduction d'impôt partielle ou un gain  à un jeu de hasard, les ménages dépensent une grande part du gain rapidement et augmentent en moyenne leur niveau de consommation d'un quart de la valeur du gain au cours des trois mois qui suivent.

« En revanche, les méthodes analytiques qui estiment l’impact des changements de revenu transitoires subis par les ménages au cours de leur vie, c’est-à-dire qu’elles prennent également en compte les changements de revenus permanents comme les augmentations de salaire, montrent que la réponse de la consommation est très faible, et même proche de zéro. Or, cette analyse ne correspond pas aux observations  », indique la doctorante.

Une estimation plus générale

Jeanne Commault a donc développé une méthode plus générale que celles existantes pour estimer ces variations de consommation. Pour cela, elle prend en compte le fait que les ménages mettent de l'argent de côté à cause de l'incertitude de leur revenu futur. « C’est ce qu'on appelle de l'épargne de précaution. Et lorsqu'on qu'on corrige cet effet, on trouve que la réponse de la consommation à un changement de revenus transitoires typique est du même ordre de grandeur que la réponse à une réduction d'impôts », souligne Jeanne Commault.

Dans ses travaux, elle explique également les raisons d’une réponse si forte, alors que selon le modèle économique standard les ménages devraient lisser la consommation d'un gain de revenus sur toute leur vie. Selon elle, ce gain les libère partiellement du besoin de faire de l'épargne de précaution, et permet ainsi aux ménages de consommer davantage, non seulement parce que leur revenu augmente, mais aussi parce que leur besoin d'épargne diminue.

A propos de Jeanne Commault :

Jeanne Commault est diplômée de l’ENSAE (Ecole Nationale de la Statistique et de l'Administration Economique), spécialisée en Economie, et du master APE (Analyse et Politique Economique) de l'École d'Économie de Paris. Elle a poursuivi ses études en thèse au Département d’Économie l'École Polytechnique, sous la direction d’Edouard Challe. Elle est actuellement en dernière année de thèse.