En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Les dix finalistes du Prix X-Impact Tech 2021

Le Prix X-Impact Tech 2021 remis le 2 décembre à l’École polytechnique a récompensé 4 projets parmi les 10 sélectionnés au sein de l’écosystème de l’entrepreneuriat de l’X et de l’Institut Polytechnique de Paris.

Les eux co-fondatrices de SmartBack devant le jury du Prix X-Impact Tech 2021

Les deux co-fondatrices de SmartBack devant le jury du Prix X-Impact Tech 2021

Pour sa deuxième édition, le Prix X-Impact Tech 2021, porté par les diplômés de de l’Executive Master de l’École polytechnique avec le concours de la Fondation de l'X et de l'incubateur X-UP de l'École et placé sous le signe de l’entrepreneuriat au féminin, a récompensé quatre start-up parmi 10 finalistes issus à parité de l’écosystéme d’entrepreneuriat et d’innovation de l’X et des autres Écoles de l’Institut Polytechnique de Paris. Les quatre start-up récompensées sont : Inclusive Brains (1er Prix), Hiperssys (2e Prix), Beyond Aero (3e Prix) et SmartBack (Prix Coup de cœur) .

Vous trouverez ci-dessous une présentation des 10 finalistes :

Auxilia, lancée en janvier 2020 par Greta Zibetti (Sciences Po, Master of Science X-HEC Entrepreneur) et Louis Combaldieu (ingénieur en Intelligence Artificielle, diplômé de Telecom Paris et MVA Paris-Saclay), propose d’utiliser l’intelligence artificielle pour lutter contre les trafics d’armes et de drogues grâce à un logiciel qui vient s’installer sur tout type de machines Rayon X qui sont utilisées dans les ports, aéroports et plateformes logistiques pour le contrôle du fret, des bagages et colis. La start-up a développé un prototype et travaille sur un Minimum Viable Product (MVP) commandé par plusieurs structures comme l’Organisation des JO Paris 2024, l’Administration pénitentiaire française, Aéroport de Paris ou l’Aéroport de Marseille. Elle vise un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros à l’horizon fin 2024.

Beyond Aero, créée par Eloa Guillotin (ISAE-SUPAERO, Master X-HEC Entrepreneurs), Hugo Tarlé (ISAE-SUPAERO, École polytechnique - M 2020) rejoints par Valentin Chomel (Doctorant à l'Institut Polytechnique de Paris) développe un avion d'affaires léger, silencieux et durable grâce à une propulsion à l'hydrogène, pouvant accueillir de 5 à 7 passagers. Après un premier prototype télécommandé, la start-up qui a réalisé une levée de fonds à l’été 2021, travaille sur un démonstrateur à échelle humaine. Prochaine étape pour l’équipe : faire voler un avion deux places et poursuivre le développement de sa technologie. Beyond Aero a été sélectionnée pour intégrer le programme Blast porté par Starbust, le premier accélérateur mondial de start-up dans les domaines de l'aéronautique, du spatial et de la défense, et le centre français de recherche aérospatiale (ONERA).

FarmIA, projet d’agriculture connectée porté par une association d’élèves de Télécom SudParis, vise à utiliser l’intelligence artificielle pour maximiser les rendements des semis en gaspillant le moins de ressources possibles. Elle s'appuie sur un farmbot qui surveille et contrôle la croissance des pousses, collecte et traite les données correspondantes pour réduire les coûts et permettre ainsi d’augmenter la gamme des pousses disponibles pour les agriculteurs, contribuant à la biodiversité. Le farmbot est installé sur des bacs de culture de 50 m x 3m, la collecte et le partage des données sur le suivi de l’évolution des pousses devant conduire à une réduction de 50% du coût des semis. FarmIA, lancée dans le cadre du programme pédagogique Gate® (Gestion et Apprentissage du Travail en Equipe) qui apprend le travail d’équipe aux étudiants de première année, a été récompensé en octobre 2020, lors de la 17e édition du Prix Entreprendre Pour demain organisée par Sopra-Steria-Institut de France. Farm IA doit se transformer en start-up à l’horizon 2022-2023.

Hiperssys, co-fondée par Mariam Ezzedine et Fatme Jardali, post-doctorantes au Laboratoire de physique des interfaces et des couches minces (École polytechnique/CNRS), développe une technologie de rupture dans le domaine du stockage de l’énergie en fabriquant une batterie lithium-soufre composée de cathodes hybrides nano-structurées. Incubée au sein d’X-Up, la start-up élabore une batterie au format pile bouton avec une nouvelle architecture et un nouveau matériau actif : le soufre. Offrant une plus grande densité d’énergie et un poids plus léger, ces batteries nouvelle génération sont plus performantes et moins coûteuses, les matériaux utilisés pour leur fabrication étant abondants et respectueux de l’environnement.

Inclusive Brain, projet porté par Paul Barbaste (Sciences Po Strasbourg, Master X-HEC Entrepreneurs), Olivier Oullier (neuroscientifique, ancien Président d’EMOTIV) et Estelle Fora-Porthault (ISIT, ECS Paris), élabore et distribue des interfaces cerveau-machine non-invasives permettant à des personnes en situation de handicap de se réinsérer dans la société et sur le marché de l’emploi. Inclusive Brain a ainsi développé un casque équipé d’électrodes qui monitore l’activité électrique du cerveau et permet grâce à des algorithmes de traitement de signal et d’intelligence artificielle de contrôler et d’interagir avec des objets connectés. Reposant sur l’intelligence artificielle, les solutions développées par l’équipe combinent des capteurs neurophysiologiques portables et des algorithmes permettant aux personnes handicapées de contrôler un ordinateur ou une station de travail par des commandes mentales et/ou physiologiques, c’est-à-dire par la pensée.

Jimmy Energy, co-fondée par Antoine Guyot (X 13) et Mathilde Grivet (HEC Paris, Mastrer en management), conçoit et opère numériquement des générateurs thermiques basés sur la fission nucléaire d’une puissance de 5 à 10 Méga Watts thermiques (MWth) pour produire de la chaleur industrielle décarbonée.

Metyos, co-fondée par Olga Chashchina (X09, PhD en Physique) et Alexandre Boulanger (X08 et Supaéro), est spécialisée dans les dispositifs médicaux et développe des biocapteurs portables connectés, technologie de monitoring multianalyse (portant sur plusieurs molécules), in vivo (elle se présente sous la forme d’un patch indolore appliqué directement sur le bras de l’utilisateur) en continu (avec une collecte de données toutes les cinq minutes). Sa solution vise en premier lieu l’accompagnement de la perte de poids grâce à une trajectoire progressive en apprenant aux utilisateurs comment leur corps réagit réellement à leurs actions en termes de stockage et déstockage de graisse pour atteindre leurs objectifs de santé de manière durable. Outre l’obésité les biocapteurs personnalisés de Metyos pourront être utilisé dans le suivi des maladies cardiovasculaires, des maladies hormonales ou des problématiques de dénutrition dans les hôpitaux.

Powzl cconçoit des batteries innovantes pour réduire l'impact du stockage d'énergie.

SmartBack, fondée par Olympe Chabert (HEC Paris, Agro ParisTech, Master X-HEC Entrepreneurs) et Ariane Varale (HEC Paris, Mines ParisTech, Master X-HEC Entrepreneurs), vise à mieux gérer les retours des distributeurs et du e-commerce en trouvant à leurs produits – en particulier les produits volumineux comme les meubles -  la meilleure seconde vie possible. La start-up offre une solution clé en main plus économique et responsable aux distributeurs de meubles : elle collecte des informations auprès du client final, diagnostique l’état du produit à retourner et lui trouve une seconde vie en local (associations, ressourceries, chantiers d’insertion…) s’il ne peut pas être remis en stock. SmartBack permet ainsi de lutter contre le gaspillage, de réduire l’impact écologique et le coût du transport.

Valuecometrics, co-fondée par Mathieu Joubrel (X-HEC Data Science for Business) et Mariem Mhadhbi (Ecole des Mines de St Etienne, INSEAD) est une fintech qui développe une solution SaaS pour fournir aux investisseurs institutionnels une vision marché des scores ESG des entreprises cotées. Ses analyses permettent aux professionnels de la finance de :

-Comparer leurs modèles et politiques ESG à leurs concurrents,

- Améliorer leur gestion du risque extra-financier,

- Préciser leur positionnement ESG sur le marché.