En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Les étudiants d’IP Paris consultés sur le Plan de Relance France 2030

Des étudiants de l’X et de l’Institut Polytechnique de Paris mais aussi de l’ESPCI-PSL et de l’EPITA ont été consultés sur les priorités du Plan de Relance France 2030. Huit d’entre eux ont présentés les conclusions de leurs travaux au secrétaire d’État à la transition numérique, Cédric O, qui est venu à l’X à cette occasion.

Des étudiants de l’X et de l’Institut Polytechnique de Paris mais aussi de l’ESPCI-PSL et de l’EPITA ont formulé des propositions dans le cadre des consultations organisées par le gouvernement pour la préparation du Plan de Relance France 2030, dont le président de la République, Emmanuel Macron, présentera les grandes orientations le 12 octobre.

La consultation organisée dans plusieurs établissements d’enseignement supérieur et de recherche répartis dans tout la France vise à intégrer les préoccupations des générations montantes dans les réflexions du gouvernement sur les priorités du Plan de Relance France 2030 qui prévoit 100 milliards d’euros d’investissement pour relancer l’économie après la pandémie de Covid-19, favoriser l’emploi et façonner la France de 2030. Il est réparti en trois volets : la transition écologique à laquelle 30 milliards d’euros sont consacrés, le renforcement de la compétitivité avec une enveloppe de 34 milliards d’euros et la cohésion doté de 36 milliards d’euros.

Les étudiants mobilisés dans ce cadre avaient comme feuille de route de plancher plus spécifiquement sur l’intelligence artificielle (X et IP Paris), l’innovation et les start-up industrielles (ESPCI-PSL) et la cybersécurité (EPITA).

« Ces sujets technologiques sont au cœur de notre formation, de notre recherche, de l’innovation et l’entrepreneuriat portés par nos établissements », a rappelé Eric Labaye, président de l’École polytechnique et de l’Institut Polytechnique de Paris dans le mot d’accueil du secrétaire d’Etat à la transition numérique et aux communications électroniques, Cédric O, venu à l’X pour la restitution des travaux et échanger avec les étudiants.

Un groupe de huit étudiants issus de chacune des Écoles - Inès Benito (MSc&T Data Science for Business X-HEC), Thomas François-Poncet (X19), Naomie Halioua (MSc&T Artificial Intelligence, X-IP Paris) et Paul Contamin (ENSAE Paris-IP Paris) ; Gaël Blivet et Germain L'Hostis (ESPCI – PSL) ; Julien Cohen-Scali et Julien Loctaux (EPITA) – ont présenté les conclusions des travaux au secrétaire d’Etat.

Soulignant la richesse des contributions, Cédric O a synthétisé les présentations : « Trois sujets transverses reviennent avec des intensités différentes dans l’ensemble de vos interventions, le premier c’est la transition environnementale, le deuxième c’est la formation des talents avec le diptyque volume-excellence sur lequel je ne suis pas certain que nous soyons au bon équilibre en France et le troisième, ce sont les questions de souveraineté et d’indépendance. »

Au cours d’un échange avec les participants et l’ensemble des étudiants assistant à cette restitution, Cédric O a souligné la nécessité d’attirer les meilleurs talents français comme étrangers pour que la France conserve la puissance technologique dont découle sa prospérité économique, son modèle social et sa qualité de vie.

Pour cela, « il faut que nous passions d’une logique d’attrition où l’on sélectionne les meilleurs en éliminant à une logique de formation et de progrès, il faut passer d’une logique du 1% à une logique du 10% » d’une classe d’âge qui intègre les formations d’excellence, a-t-il déclaré, rappelant que « nous sommes le pays avec le plus d’élèves qui sortent sans formation de son système scolaire ».

« Ce n’est pas parce que l’on a été, comme vous, comme moi, les gagnants de ce système qu’il est collectivement gagnant. Il faut avoir la capacité de se dire que ce système dysfonctionne et qu’il faut le faire évoluer », a conclu Cédric O, qui est diplômé de HEC Paris.