En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

L’X, championne de France de débat

L’équipe de Polytechnique a remporté, lundi 29 mai 2017, la finale de la Coupe de France de débat face à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas.


©Photo: Fédération francophone de débat

Qui a dit que les polytechniciens n’étaient doués qu’en sciences ? Six élèves de l’École ont prouvé le contraire en terminant premiers de la Coupe de France de débat, une compétition organisée par la Fédération francophone de débat, lundi 29 mai 2017.

Cette compétition rassemble les étudiants des universités et grandes écoles françaises, à l’occasion de joutes verbales sur le format parlementaire. Le principe : deux équipes de quatre orateurs s’affrontent, l’une incarne le «gouvernement», l’autre «l’opposition». Lors de chaque match, une thématique est imposée et correspond à une mesure présentée et défendue par le gouvernement; l’opposition, elle, réagit.

Les deux équipes peuvent ainsi préparer en amont une série d’arguments qu’elles souhaitent avancer, tout en laissant une place à l’improvisation.

Une équipe solide pour affronter la compétition

Six élèves de l’École, membres du binet Rhétorix, le club de débat et d'éloquence de l'X, se sont lancés dans l'aventure : Maxime Godin et Guillaume Dalle (X 2015), et Thibaud Bézanger, Paul Bouteiller, Pierre Nédélec et Alexandre Decrocq (X 2014).

Après les phases de poules (contre ILERI, Sciences Po Lille et King's College), l’équipe de Rhétorix a retrouvé Sciences Po Lille en quart de finale sur le thème «ce gouvernement voudrait rétablir l’école non mixte», puis l’Université Paris Nanterre (les champions de France en titre) en demi-finale avec «ce gouvernement voudrait interdire les jeux d’argent en ligne». Lors de ces deux rencontres, ils incarnaient l’opposition.

Enfin, lors de la finale qui les opposait à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas, l’équipe a enfilé le costume du gouvernement, en défendant l’idée que «l’ignorance fait le bonheur». Ils ont ainsi proposé le modèle de société des schtroumpfs, dans lequel chacun se concentre strictement sur ce qui est utile afin de trouver le bonheur.

Ils se sont illustrés devant un jury composé de deux étudiants de la Fédération francophone de débat et d’un avocat du Barreau de Paris.

« Nous avons beaucoup bénéficié de l’expérience des élèves qui ont participé à la Coupe l’année dernière, et de notre bonne préparation. A défaut d'être des grands orateurs, nous essayions de nous présenter à chaque débat avec des arguments solides et une approche originale. Je pense que ça a fait la différence cette année. », indique Guillaume Dalle, président du binet Rhetorix et membre de l’équipe championne de France.