En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

L’X en tête du palmarès 2022 des écoles d’ingénieurs de L’Étudiant

L’École polytechnique s’inscrit en tête du classement 2022 de L'Étudiant avec un score de 55 points. Les quatre autres Écoles d’ingénieurs de l’Institut Polytechnique de Paris totalisent respectivement 54 points (Télécom Paris), 49 points (ENSTA Paris), 43 points (ENSAE Paris) et 42 points (Télécom SudParis).

Lancer de bicornes à l'Ecole polytechnique

L’École polytechnique arrive une nouvelle fois en tête du classement des école d’ingénieur française publié par l’Etudiant et portant pour son édition 2022 sur 172 écoles habilités par la Commission des titres d’ingénieur qui délivrent toutes le diplôme d’ingénieur.

L’X totalise un score de 55 points dans ce classement effectué sur la base de plusieurs critères : excellence académique, l’ouverture internationale, la proximité avec les entreprises, le devenir des diplômés et les débouchés, mais aussi l’origine des intégrés ou l’ouverture à de nouveaux publics.

L’École polytechnique était également arrivée en tête du Classement 2022 des écoles d’ingénieurs françaises publié par Le Figaro Étudiant, le 14 décembre 2021.

Les quatre autres Ecoles membres de l’Institut Polytechnique de Paris affichent respectivement un score de 54 points pour Telecom Paris (2e du classement), 49 points pour l’ENSTA Paris, 43 points pour l’ENSAE Paris et 21 points pour Telecom SudParis.

L’excellence académique est appréciée notamment au travers de la moyenne au bac des intégrés, du nombre d’élèves par enseignant, de la part des enseignants-chercheurs, du pourcentage des diplômés poursuivant une thèse, du nombre de doctorants, du nombre d’enseignants titulaires d’une habilitation à diriger des recherches.

La proximité avec les entreprises est évaluée notamment par la part des élèves en alternance, la durée minimale des stages en entreprise, la politique de chaires industrielles, le nombre d’entreprises participants aux forums d’entreprises de l’école, le nombre d’anciens sur LinkedIn.

L’ouverture internationale est jugée en fonction du pourcentage d’étudiants étrangers, du niveau d’anglais exigé pour l’obtention du diplôme, de l’apprentissage d’une deuxième langue étrangère, de la durée des périodes d’apprentissage, de stage et d’études à l’étranger, du pourcentage de double diplômés internationaux et des résultats obtenus par l’établissement dans les classements internationaux.

Le devenir des diplômés et les débouchés sont suivis notamment au travers des salaires à la sortie, du nombre de diplômés en poste à l’étranger et de la part des diplômés par grands secteurs d’activité.

L’origine des diplômés est tracée au travers de la part des élèves intégrés via les admissions parallèles, du nombre d’ingénieurs issus de l’université, de DUT (Diplôme Universitaire de Technologie), de BTS (Brevet de Technicien Supérieur) ou ayant effectué une année de classe préparatoire ATS (Adaptation Technicien Supérieur), de la proportion de bachelier S, STI2D et des autres bacheliers.

L’ouverture à des nouveaux publics prend notamment en compte les frais de scolarité, la proportion de boursiers et la parité hommes/femmes au sein des promotions.

L’intégralité du classement 2022 des école d’ingénieurs françaises de l’Etudiant : ici