En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

L'X et l'institut Pasteur créent une équipe commune en bio-ingénierie

L'École polytechnique et l'Institut Pasteur, en collaboration avec le CNRS, mettent en place une équipe de recherche commune en « Microfluidique physique et bio-ingénierie ». Cette équipe développe des approches nouvelles en biologie, basées sur la micro-fluidique pour la manipulation et l'étude individualisée de la cellule.

Dirigée par Charles Baroud, professeur à l'École polytechnique, l'équipe « Microfluidique physique et bio-ingénierie » regroupe des chercheurs et enseignants-chercheurs rattachés au Laboratoire d'hydrodynamique (LadHyX, CNRS/École polytechnique) et des chercheurs du département « Génomes et génétique » de l'Institut Pasteur, dirigé par Didier Mazel. Cette unité sera répartie sur deux sites : à l'École polytechnique d'une part et à l'Institut Pasteur d'autre part. L'originalité des approches développées par cette équipe réside dans des innovations majeures, basées sur les méthodes de microfluidique développées au LadHyX, qui permettent de manipuler des cellules et d'observer leur comportement de manière individuelle.

L'équipe de l'École polytechnique et du CNRS, qui développe depuis plusieurs années ces outils de manipulation des cellules, apportera son expertise en mécanique des fluides et en ingénierie pour répondre aux questions que se posent les chercheurs de l'Institut Pasteur en biologie et dans le domaine de la santé. Ainsi, l'un des projets porte sur la compréhension de l'apparition de la résistance aux antibiotiques au niveau d'une cellule individuelle. Ce projet s'inscrit dans une problématique mondiale d'actualité concernant la perte d'efficacité des antibiotiques. D'autres projets ont pour but de mieux comprendre la réponse d'une cellule individuelle à une modification contrôlée de son environnement local, ce qui permettra par exemple de comprendre l'hétérogénéité des réponses à un médicament au sein d'une population.

Dans un contexte international où se développent des modèles de culture cellulaire tri-dimensionels reproduisant plus finement l'environnement in vivo, cette équipe commune met au point un nouveau processus innovant qui donne accès à des résultats uniques, que ce soit en termes de niveau de détail que de masses de données collectées et analysées. L'objectif poursuivi grâce à cette approche, partagée avec d'autres équipes de l'Institut Pasteur, est d'aborder avec un angle nouveau les interactions complexes entre différents types de cellules.

Pour Charles Baroud, « ce croisement entre l'écosystème de l'École polytechnique et celui de l'Institut Pasteur place notre équipe dans des conditions uniques pour aborder cette thématique hautement pluridisciplinaire. »