En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

L’X lance son cycle de conférences avec Columbia

L’École polytechnique et l’université de Columbia inaugurent leur cycle de conférences intitulé « Science, technologie et société » avec une première rencontre organisée le 13 septembre à New York sur le thème « Science, technologie et les logiques de guerre préventive ».

L'École polytechnique et l'Université de Columbia à New-York, s'associent et proposent un cycle de conférences en commun baptisé "Science, technologie et société". Les conférences de ce cycle interdisciplinaire, élaborées et animées par les chercheurs de l'École polytechnique et de l'Université de Columbia, auront lieu alternativement à New York et à Paris et se dérouleront tout au long de l'année académique. La première conférence, consacrée aux logiques de guerres préventives se tient le 13 septembre 2016, à Columbia.

>13 septembre 2016, 18h00 - 20h00 (heure New York) - La Maison Française, Columbia University

A l'occasion de cet événément, les orateurs chercheront à explorer les questions concernant la science et la technologie dans la guerre, lors d'une table ronde. Thomas Lindemann, professeur de science politique à l'École polytechnique et à l’Université Versailles Saint-Quentin et chercheur invité à l'Université de Columbia, interviendra pour la conférence d'ouverture qui sera consacrée aux rôles joués par la science et la technologie dans les logiques normatives de la guerre préventive.

Il s'interessera aux systèmes de valeur derrière le concept de guerre préventive. Ainsi, la notion de guerre préventive s'expliquerait d'abord par une vision "scientifique" du monde. Depuis l'industrialisation, les conflits sont de plus en plus planifiés, modélisés, calculés, et la science moderne s'invite également dans la définition des menaces stratégiques. L'introduction croissante de statistiques et de compilation de données réduit les adversaires à une force abstraite et élimine toute empathie, basant ainsi la logique de guerre préventive sur une vision deterministe du facteur humain.

Par ailleurs, l'idée de guerre préventive révèle une vision virile du monde qui se traduit par un discours genré autour de l'image héroïque des combattant.

Dans cette conférence inaugurale, Thomas Lindemann explorera l'alliance entre ces visions scientifique et genrée de la politique mondiale via l'étude des logiques de guerre préventive durant la Première Guerre Mondiale et la guerre en Irak de 2003.

A lire aussi: L’X s’engage dans l’étude de la guerre avec deux journées de débats