En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

L’X sur le podium du Tournoi international des jeunes physiciens

L’équipe de France, représentée par l’École polytechnique et soutenue par l’ENS-Paris, l’ESPCI et l’UPMC, est arrivée à la 3ème place de l’International Physicists’ Tournament le 11 avril 2015 à Varsovie. Cette compétition permet aux étudiants de s’initier à un véritable travail de recherche.

« Sel en colère », « Ping-Pong-Panda », tels étaient les intitulés de problèmes de physique que devaient résoudre les participants du Tournoi international des jeunes physiciens qui s’est déroulé du 6 au 11 avril 2015 à Varsovie en Pologne.
Au total, onze pays ont participé à la 7e édition du concours de l’International Physicists’ Tournament (ITP).
L’équipe de France, qui était représentée par six élèves de Polytechnique, s’est hissée à la troisième place du podium, derrière l’Ukraine et le Danemark. Les polytechniciens s’étaient qualifiés le 6 janvier dernier lors de la sélection nationale qui avait lieu sur le campus de l’X.
L’École polytechnique, avec le soutien de la Société française de physique, participe à cette compétition pour la troisième année consécutive et avait remporté le tournoi en 2014. Cette année, onze pays se sont affrontés lors du Tournoi qui réunit des équipes d’étudiants des meilleures institutions à travers le monde.
L’International Physicists’ Tournament est né en Ukraine en 2009, dans la lignée de l’International Young Physicists’ Tournament qui propose depuis 1988 à des lycéens de s’affronter dans des joutes verbales.

Cette compétition se distingue d’un concours classique où les participants doivent donner la « bonne réponse », et s’apparente davantage à un travail de recherche. Ici, les étudiants réfléchissent à des problèmes « ouverts »,  c’est-à-dire des problèmes qui n’ont pas de solution exacte et pour lesquels plusieurs démarches de résolution sont possibles.
Les participants endossent alternativement le rôle d’exposant, d’opposant ou d’arbitre : soit ils exposent leur arguments sur un problème, soit ils doivent contredire l’équipe adverse, soit ils rapportent les prestations de l’exposant et de l’opposant au jury. Durant une semaine, les onze équipes se sont affrontées, en anglais, lors de manches appelées «Physics Fights».
Au total, dix-sept problèmes de physique était proposés aux participants. Les étudiants étaient confrontés à des problèmes expérimentaux et inspirés d'observations de la vie courante. Parmi eux : Pourquoi les matériaux tels que l’asphalte et le tissu changent de couleur lorsqu’ils sont mouillés ? Pourquoi le sel saute-t-il lorsqu’il est sur une poêle chaude ? Jusqu'où peut-on faire voler un rond de fumée ? Pour répondre à ces problèmes, les participants doivent développer une réelle démarche de recherche où ils font des essais, des expériences et des simulations.

Les élèves de Polytechnique, encadrés par le polytechnicien et doctorant Daniel Suchet (X2008), ont ainsi remporté une coupe pour la 3e place en finale. Après avoir été représentant français du Tournoi international des jeunes physiciens pendant trois ans, Daniel Suchet met fin à son mandat à l’International Organizing Committee (IOC). L’an prochain, Maxime Harazi, doctorant à l’ESPCI, prendra le relais.