En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Maxime Grangereau, lauréat Siebel Scholars 2020

Maxime Grangereau, X2012 et doctorant à l’École polytechnique et EDF, est lauréat 2020 d’une bourse Siebel Scholars. Ce programme international de la Fondation Siebel récompense les étudiants les plus talentueux dans les domaines de l’informatique, de la bio-ingénierie, du business et de l’énergie.

Maxime Grangereau, X2012 et doctorant à l’École polytechnique et EDF, a été nommé lauréat 2020 d’une bourse Siebel Scholars.

Maxime Grangereau est un ancien élève de l’École polytechnique (X2012) et poursuit actuellement ses études par un doctorat avec EDF dans le cadre du dispositif Cifre au sein du Centre de mathématiques appliquées de l’École polytechnique. Il a été nommé un des lauréats d’une bourse Siebel Scholars 2020 à l’occasion d’une cérémonie qui s’est tenue le 16 Janvier 2020 en présence de Eric Labaye, président de l’École polytechnique et de Yves Laszlo, directeur de l’enseignement et de la recherche de l’École polytechnique. Ses recherches portent sur l’optimisation du pilotage des réseaux électriques dans le contexte d’intégration des énergies renouvelables.
 
En intégrant l’École polytechnique en 2012, Maxime Grangereau a développé un réel intérêt pour les mathématiques appliquées. Après un double diplôme à l’Université Technique de Munich où il acquiert les outils en recherche opérationnelle et en optimisation, il découvre lors d’un stage de recherche au sein du CMAP le domaine d’application dans lequel il se spécialise : l’énergie. Il y poursuit aujourd’hui une thèse encadrée par Wim van Ackooij, chercheur chez EDF, Emmanuel Gobet, professeur à l’X au sein du CMAP et Stéphane Gaubert, directeur de recherche INRIA en charge de l’équipe de recherche « Tropical » INRIA-CMAP.
 
Sa thèse porte sur le « pilotage de flexibilités énergétiques en contexte stochastique », c’est-à-dire le développement de méthodes et d’outils visant à optimiser le pilotage de différents leviers d’un réseau électrique, tels que le stockage d’énergie, l’effacement de consommation pour des entreprises (par exemple la baisse temporaire de la consommation sur une plage horaire) ou encore la modulation de la vitesse de charge d’un véhicule électrique. L’objectif est de faire correspondre l’offre et la demande d’électricité sur l’ensemble du réseau et à tout instant, dans un contexte d’incertitudes de prévision accrues par l’essor des énergies renouvelables. Intermittentes et décentralisées, ces sources d’énergie rendent plus complexes le maintien de l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité, car leur niveau de production est difficile à prévoir précisément. L’objectif des travaux de Maxime Grangereau est de développer des algorithmes permettant de réduire l’impact des incertitudes de production et consommation sur le réseau dans ce contexte.
 
 « Je suis très fier de cette distinction par la Fondation Siebel. Elle apporte une excellente visibilité à mes travaux de recherche et m’ouvre de nouveaux horizons pour la suite de ma carrière. Elle va me permettre d’assister à des conférences de haut niveau sur des sujets très actuels, ce qui correspond à mon envie de m’orienter vers l’industrie afin de résoudre des problématiques concrètes rencontrées par les entreprises de l’énergie », témoigne Maxime Grangereau.