En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Polytechnique à la 22e place du classement «Sciences physiques» du THE

L’École polytechnique figure dans les 100 premières universités du classement «Sciences physiques» publié par le Times Higher Education en novembre 2015. L’X est 22ème et se positionne ainsi comme le 1er établissement français du classement.

L’École polytechnique arrive dans le top 100 des meilleures universités mondiales dans le classement « Sciences physiques » 2015-2016 publié par le Times Higher Education (THE) en novembre 2015. L’X se positionne à la 22e place et prend la tête des cinq établissements français qui figurent dans le classement devant l’ENS (25e), l’UPMC (44e), l’Université Paris-Sud (66e) et l’ENS Lyon (84e).

En sciences physiques, les États-Unis et la Grande-Bretagne dominent encore, l’Asie fait une percée et l’Europe a des résultats mitigés, selon le Times Higher Education (THE). Ainsi, les deux premiers pays occupent la totalité du top 10 ; l’Asie double le nombre de ses représentants (à 14), la National University of Singapore intégrant même le top 20 (19e). En Europe continentale, l’Allemagne et les Pays-Bas progressent mais la France perd deux représentants.

Cinq critères sont pris en compte par le Times Higher Education dans ce classement :
> L’enseignement (enquête de réputation, ratio équipe/étudiants, part de docteurs et de docteurs récompensés, revenus institutionnels) ;
> La recherche (enquête de réputation, revenus liés à la recherche, productivité de la recherche) ;
> Les citations (influence de la recherche produite, mesurée grâce à un indicateur reposant sur les données bibliométriques Elsevier) ;
> Les perspectives internationales (part d'étudiants étrangers, part de salariés étrangers, collaborations internationales) ;
> Les revenus liés à l’industrie (capacité de l’université à aider l’industrie grâce au transfert de connaissances).