En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Près de 300m€ levés par des start-up de l’X depuis début janvier

Quelque 20 start-up de l’écosystème de l’École polytechnique ont levé des fonds depuis le début de l’année dont huit pour un montant de plus de 10 millions d’euros.

Le bâtiment du Drahi-X Novation Center

Les start-up créées ou dirigées par des alumni de l’École polytechnique ont levé près de 300 millions d’euros depuis le début de l’année contre 877,2 millions sur l’ensemble de l’année 2020 déjà perturbées par les conséquences de la pandémie de Covid-19.

Huit d’entre elles ont bénéficié d’une augmentation de capital d’au moins 10 millions d’euros même si le montant levé par Iznes, une plateforme de souscription en ligne de fonds d’investissement collectifs n’a pas été divulgué. Trois d’entre elles sont dédiées aux services aux entreprises (Payfit, Pennylane et Iziwork), deux sont des Fintech (Pledg et Iznes), deux autres sont des Medtech (Volta Medical et Nabla), tandis qu’Altaroad intervient dans le domaine de la mobilité.

Vous trouverez ci-dessous une présentation de leur activité et de leur développement.

Payfit co-fondée en 2015 par Florian Fournier (X 2013), a développé une solution intégrée de numérisation des processus des ressources humaines (la paie, les déclarations sociales, les absences et congés, les notes de frais, l’intégration de nouveaux employés, l’annuaire des employés, etc.). La start-up, qui fait partie du Next 40, a réalisé une levée de fonds de 90 millions d'euros auprès d'Eurazeo et Bpifrance via son fonds Large Venture. Ses investisseurs historiques, Accel, Frst et Xavier Niel, fondateur d’Illiad (Free), lui ont confirmé leur soutien. PayFit a levé un total de 179 millions d'euros depuis sa création en 2016. Elle revendique plus de 5 000 PME clientes à travers la France, l'Espagne, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni.

Iziwork, co-fondée en 2018 par Alexandre Dardy (X 1998), offre aux travailleurs intérimaires un accès simple et instantané à un grand choix de missions via une plateforme digitalisée. Elle a levé 35 millions d’euros en janvier auprès de Cathay Innovation et Bpifrance, portant ainsi le total des fonds levés depuis sa fondation à 55 millions d'euros.

PennyLane propose une plateforme partagée accessible sur abonnement entre experts-comptables et chefs d’entreprise pour les aider à mieux piloter leur trésorerie. Co-fondée en janvier 2020 par Arthur Whaller (X 2010), la start-up avait déjà levé 4 millions d’euros lors d’un tour d’amorçage. Elle a réalisé en janvier une nouvelle levée de fonds de 15 millions d’euros auprès de Global Founders Capital et Partech.

Pledg, co-fondée en 2016 par Benoît Liénart (Master of Physics 2004)  était initialement spécialisé dans les achats groupés entre amis avant de se lancer dans les solutions de paiements fractionnés dédiées aux particuliers et aux professionnels qui achètent sur les sites de commerce en ligne et en magasin. Disponible dans 9 pays européens (France, Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Autriche, Pays-Bas, Espagne, Italie, Portugal) son service a été adopté par près de 100 distributeurs parmi lesquels ManoMano, Decathlon, Odalys, Acuitis ou Leroy Merlin. L’entreprise a levé 80 millions d’euros pour accélérer sa croissance.

Iznes, créée en 2017 par un consortium de six sociétés de gestion et dirigée par Christophe Lepitre (X 83), est une plateforme pan-européenne d’achat et de vente d’organismes de placement collectifs (OPC) utilisant la technologie blockchain et facilitant leur souscription, sans recours aux intermédiaires bancaires, depuis l’entrée en relation jusqu’à la tenue de registre. L’assureur Generali et le groupe de protection social Apicil ont rejoint son tour de table en janvier pour un montant non divulgué.

Volta Medical, créée en 2014 à Marseille par trois médecins et Théophile Mohr Durdez (X 2014) développe un nouveau protocole de traitement de la fibrillation auriculaire, l'arythmie la plus répandue au monde. Cette affection touche plus de 30 millions de patients dans le monde et leur nombre devrait doubler d’ici dix ans, avec près de 200.000 nouveaux cas par an. L'algorithme de Volta Medical permet aux chirurgiens d'identifier précisément les zones malades du muscle cardiaque au bloc opératoire. Elle a levé 23 millions d'euros en début d’année. L'opération, menée par le fonds Gilde Healthcare avec le Groupe Pasteur Mutualité, déjà actionnaire, porte à près de 27 millions le montant total levé par l'entreprise après son ouverture de capital en octobre 2018. Avec ce nouvel apport, Volta Medical  veut créer un nouveau standard à partir de son intelligence artificielle (IA) de cardiologie, qui a déjà obtenu le marquage CE et l'approbation de la FDA.

Nabla, co-fondée en 2018 par Alexandre Lebrun (X 94) qui en est le Pdg, développe une application santé de médecine personnalisée gratuite et dédiée aux femmes. L'outil, disponible sur les AppStore et recourant à l’intelligence artificielle, permet aux femmes de poser directement des questions à plusieurs praticiens, de tenir un journal santé, de consulter une bibliothèque de contenus spécifiques ou d'échanger des documents avec leurs médecins. La start-up a levé 17 millions d'euros auprès de business angels comme Xavier Niel ou Rachel Delacour, un family office (Artémis) et le fonds Firstminute Capital.

Altaroad, co-fondée en décembre 2017 par Bérangère Lebental (X 2003), a développé une solution mobile et connectée de pesée de véhicules routiers en mouvement afin de mieux planifier la conduite de chantiers ponctuels, tracer les flux, détecter les erreurs, signaler des alertes et réduire les incidents. Cette solution TopTrack a été lauréate du concours du European Innovation Council (EIC) en juillet 2020. Altaroad développe par ailleurs des solutions pour la surveillance des infrastructures routières, avec, à court terme, un déploiement envisagé pour prévenir et empêcher le passage de poids lourds en surcharge sur les ponts et les routes. S’appuyant sur une technologie développée par une équipe de recherche commune à l'École Polytechnique, au CNRS et à l’Université Gustave Eiffel, la start-up a obtenu un engagement de financements en fonds propres et sous forme de subvention pour un montant de près de 10 millions d’euros.