En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Prix Gerondeau - Safran : les lauréats soulignent l’effet confiance et réseau

La 11e édition du Prix Gerondeau - Safran a distingué trois start-up - Beyond Aero, Manitty et PaIRe - récompensées respectivement pour leurs innovations dans les domaines de l'aéronautique, des biotechnologies et de la médecine nucléaire.

Les lauréats et le jury du prix Gerondeau-Safran 2021

Pour sa 11e édition, le Prix Gerondeau - Safran* a distingué trois start up - Beyond Aero, Manitty et PaIRe – intervenant respectivement dans les domaines de l'aéronautique, des biotechnologies et de la médecine nucléaire.

Les lauréats, comme deux de leurs prédécesseurs qui ont aussi participé à la cérémonie de remise des prix, ont souligné la qualité de la sélection effectuée au fil des années par le jury, l’importance de la confiance accordée à leur projet en phase d’amorçage et l’impact de l’effet réseau duPrix.

« Ce prix distingue des projets de start-up émergents ou en maturation et intervient donc soit juste avant, soit juste après la création de l’entreprise (…) Il est décerné par un jury tripartite associant des responsables de l’École polytechnique, des responsables de Safran et ceux de la Fondation de l’X », a rappelé Denis Ranque (X 1970), président de la Fondation de l’École polytechnique dans un propos liminaire.

« Le jury n’a pas dû beaucoup se tromper puisque les entreprises primées au cours des dix dernières années sont toujours là » , a-t-il ajouté mettant notamment en avant des réussites comme Airthium, spécialiste du stockage de l’électricité d’origine solaire, Wandercraft qui développe un exosquelette robotique de marche pour aider les personnes handicapées moteur à retrouver leur mobilité ou Dreem qui propose un bandeau connecté, porté la nuit, visant à améliorer le sommeil et à suivre l’activité cérébrale, ou encore Ÿnsect, devenu leader mondial de la production de protéines à partir d’insectes.

Franz Bozsak (D 1993), président et co-fondateur de Sensome, primée en 2013 et qui a développé un dispositif médical connecté du traitement de l'AVC, a lui aussi salué le flair du jury dans le choix des projets sélectionnés mais aussi l’apport de la confrontation de ses idées avec le jury pour des créateurs d’entreprise qui veulent parfois exagérément craindre de se voir déposséder de leur idée, la marque de confiance dans le projet que représente le Prix, le coup de pouce financier, particulièrement opportun en phase de pré-amorçage et l’effet réseau.

Emeric de Waziers (X 2012), co-fondateur de Wingly, une plateforme de mise en relation entre pilotes privés et passagers visant à faciliter la pratique du co-avionnage, primée en 2015, a souligné qu’une des grandes vertus du Prix Gerondeau - Safran est « de faire confiance à des sociétés qui n’existent pas encore. » Il a, lui aussi insisté sur l’importance du label Gerondeau - Safran et l’effet réseau, crucial pour des activités pour lesquelles la prise en compte du cadre réglementaire est décisif.

Vous trouverez ci-dessous, une présentation des trois start-up lauréates de l’édition 2021 :

Eloa Guillotin

Eloa Guillotin, co-fondatrice de Beyond Aero

Beyond Aero, créée par Eloa Guillotin (ISAE-SUPAERO, Master X-HEC Entrepreneurs), Hugo Tarlé (ISAE-SUPAERO, École polytechnique - M 2020) rejoints par Valentin Chomel (Doctorant à l'Institut Polytechnique de Paris) développe un avion d'affaires léger, silencieux et durable grâce à une propulsion à l'hydrogène et a d'ores et déjà construit un premier démonstrateur télécommandé. « Nous souhaitons construire des avions pouvant accueillir de 5 à 7 passagers, silencieux et durables grâce à l'hydrogène. Nous avons bouclé une première levée de fonds qui nous permet de financer notre démonstrateur à échelle humaine et d'étoffer notre équipe. Prochaine étape : faire voler un avion deux places et poursuivre le développement de notre technologie », a expliqué Eloa Guillotin. Beyond Aero a été sélectionnée pour intégrer le programme Blast porté par Starbust, le premier accélérateur mondial de start-up dans les domaines de l'aéronautique, du spatial et de la défense, et le centre français de recherche aérospatiale (ONERA).

Philippe Blasquez et Pascal Garcin

Philippe Blasquez et Pascal Garcin, co-fondateurs de Manitty

Avec Manitty, Paul-Antoine Libourel, chercheur en neurosciences au CNRS, Philippe Blasquez et Pascal Garcin, tous deux étudiants de l'Executive Master de l'École polytechnique, développent une solution tout-en-un de suivi d'état physique et cérébral. Composée de capteurs miniatures et portables, connectés à une plateforme d'intelligence artificielle, elle révolutionne le monitoring et la compréhension du corps en collectant et en corrélant de nombreuses données physiologiques et cérébrales. « Manitty cible dans un premier temps le marché vétérinaire. Notre dispositif permet par exemple d'analyser le sommeil des animaux ou d'évaluer l'indice d'anesthésie et l'état de douleur après une opération. À ce jour, nous avons développé un prototype fonctionnel et noué des partenariats avec des industriels qui nous permettent de le tester en conditions métiers et d'optimiser notre IA. Nous prévoyons de lancer la commercialisation en Europe d'ici 18 mois », a indiqué Philippe Blasquez. Les applications de la solution de Manitty ne se limitent pas au marché vétérinaire et pourraient à terme concerner l'humain : médecine ambulatoire, suivi médical à domicile, monitoring pour l'électronique grand public ou encore pour la défense.

Pierre Saudin, Pascal Blanc-Durand et Paul Jehanno, co-fondateurs de PaIRe

De gauche à droite : Pierre Saudin, Pascal Blanc-Durand et Paul Jehanno, co-fondateurs de PaIRe

Créé par un médecin, Paul Blanc-Durand, et deux ingénieurs, Paul Jehanno (X 2012) et Pierre Saudin (Télécom Paris, Master X-HEC Entrepreneurs), PaIRe utilise l'intelligence artificielle pour détecter et analyser automatiquement les anomalies en médecine nucléaire. Cette spécialité utilise des isotopes radioactifs pour explorer des processus physiopathologiques et obtenir des images sur le fonctionnement métabolique du patient, notamment via la tomographie par émission de positions (TEP), technique fréquemment utilisée en cancérologie. Alors que le nombre de médecins nucléaires est stable mais qu'il y a de plus en plus de TEP à interpréter, PaIRe développe un algorithme d'aide au diagnostic afin d'accompagner les médecins dans leur prise de décision. Actuellement déployé en bêta-test sur 11 TEP dans 6 centres, celui-ci détecte et segmente automatiquement les tumeurs permettant d'en extraire les principaux paramètres quantitatifs. « Notre solution a une forte sensibilité puisqu'elle détecte 97 lésions sur 100 et apporte au médecin un examen enrichi qui l'aide à interpréter les résultats de la TEP. Elle lui permet donc de gagner du temps, d'augmenter sa confiance en son diagnostic et de diminuer la variabilité des mesures et les erreurs », a expliqué Paul Blanc-Durand.

* Créé en mémoire de Jean-Louis Gerondeau (X 1962), le prix Gerondeau - Safran récompense des projets de start-up évalués en fonction du caractère innovant du produit ou du service proposé, de son potentiel économique et de sa capacité à aboutir à une création d’entreprise. Le prix est doté d’un montant global de 45 000 euros, à répartir entre trois projets au maximum.