En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

[Série de l'été] Isabelle Méjean - Tout à déclarer

De juin à août, retrouvez, chaque mardi et jeudi, le portrait d'un chercheur de l'École polytechnique. Aujourd’hui : Isabelle Méjean, chercheuse au Centre de recherche en économie et statistique, utilise le big data pour étudier et mesurer les relations entre les phénomènes économiques.

©Silvère Leprovost

Le travail de l’économiste Isabelle Méjean a été doublement récompensé cette année par le prix Malinvaud et par une bourse de l’European Research Council. Son domaine de prédilection : l’économétrie appliquée, un champ qui étudie et mesure les relations entre des phénomènes économiques à partir de données réelles.

Le big data associé à l'économétrie

L’originalité de ses recherches réside dans l’utilisation du big data associé à l’économétrie. « J’utilise l’analyse des données individuelles pour tester empiriquement des modèles de macroéconomie et d’économie internationale », explique la chercheuse du Centre de recherche en économie et statistique. Elle a ainsi démontré, à partir de données fiscales, que les chocs microéconomiques dans les entreprises contribuent aux fluctuations du PIB français. Jusqu’ici, les macroéconomistes négligeaient largement ces phénomènes, sur la base d’un argument s’appuyant sur la loi des grands nombres. Les cycles économiques étaient alors représentés par des perturbations de type macroéconomique comme un choc pétrolier ou un bouleversement politique.  Autre particularité de ses travaux : le lien entre ses travaux et l’actualité économique. « J’applique mes méthodes à des questions de société pour lesquelles les données collectées peuvent apporter un regard neuf. En étudiant très finement les données, on peut mettre en évidence de nouveaux mécanismes afin de mieux comprendre certains phénomènes traditionnellement étudiés » indique l’économiste sans cesse en recherche de nouveaux sujets d’étude.

Cette audace et ce goût pour le renouveau ont joué un rôle décisif dans l’obtention de la bourse de l’ERC. Dans le cadre de ce projet, Isabelle Méjean cherche à analyser les caractéristiques de la compétitivité d’un pays comme la France sur les marchés internationaux, en utilisant les données qui décrivent les exportations des entreprises françaises au sein de l’Union européenne. À partir des millions de déclarations d’exportation de biens collectées par les douanes, la chercheuse entend étudier le réseau de partenaires à l’étranger des sociétés hexagonales. « Le big data ainsi appliqué au commerce international apporte un éclairage sur le lien entre la structure du réseau des entreprises et la croissance du commerce en France », précise-t-elle.

Les évènements économiques internationaux, indispensables pour saisir les mécanismes complexes du paysage économique et politique actuel

Sa vocation, la chercheuse l’a découverte par hasard lors de ses études supérieures, séduite par une discipline alliant mathématiques et sciences humaines, et donnant lieu à des applications concrètes. En 2007, elle rejoint le département d’économie de l’X et trouve alors un environnement idéal pour ses recherches. En effet, outre sa réputation historique sur les aspects théoriques, le département d’économie a développé, dès les années 2000, une culture de la preuve empirique, et par là son expertise en économétrie. Aujourd’hui, Isabelle Méjean cherche à démocratiser cette discipline auprès de ses étudiants. « Je les incite à s’intéresser aux évènements économiques internationaux, indispensables pour saisir les mécanismes complexes du paysage économique et politique actuel », souligne-t-elle. Et d’en faire ainsi des citoyens et des électeurs éveillés.   

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Retrouvez tous les portraits de chercheurs de notre série de l'été, ici.