En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Stephen Hawking : hommage à un chercheur inspirant

La communauté scientifique a perdu l’un de ses membres éminents mercredi 14 mars 2018. Physicien théoricien et passionné du cosmos, ses travaux sur les trous noirs et ses ouvrages de vulgarisation scientifique ont suscité des vocations, notamment chez les chercheurs de l’École polytechnique.

En les interrogeant sur leurs souvenirs, deux chercheurs ont souhaité témoigner sur ce que Stephen Hawking a apporté dans leur carrière scientifique.

Martin Genet, maître de conférence au Laboratoire de mécanique des solides (LMS) et membre de l’équipe de recherche M3DISIM commune avec l'Inria :

« Je disais justement à mes collègues qu'Une brève histoire du temps était sans doute l’un des livres les plus déterminants de ma vie. J'étais en première et c’était la première fois que je lisais l'histoire de la physique. J’y ai (re)découvert non seulement les idées majeures qui ont révolutionné notre compréhension du monde, et donc notre civilisation, mais surtout le monde scientifique dans lequel ces idées ont été façonnées, étudiées, critiquées, remplacées, et j'ai tout de suite réalisé que c'était à ce monde que j'appartenais.
J’ai relu Une brève histoire du temps plusieurs fois ensuite. Je me souviens notamment d’un voyage dans les Cyclades grecques, entre la sup et la spé, et de soirées passées à lire sous de rares lampadaires allumés, quelle joie ! Je le remercie pour ces bons souvenirs. »

Daniel Suchet (X08), chercheur en post-doctorat au sein du Laboratoire de physique des interfaces et des couches minces (LPICM) sur la chaire industrielle ANR Pistol :

« Fasciné par le ciel étoilé, j'ai lu le livre Trous noirs et distorsion du temps de Kip Thorne (prix Nobel de Physique en 2017) quand j'avais 15 ou 16 ans.
Au détour d'un paragraphe, entre deux explications de physique, Thorne raconte un désaccord scientifique qu’il a eu avec Stephen Hawking en 1974 : Cygnus-X, un nouvel objet céleste émetteur de rayons X, abrite-t-il un trou noir ?
Thorne pense que oui, Hawking pense que non. Qu'à cela ne tienne, les deux hommes règlent la question de façon scientifique : ils prennent un pari, dûment signé, selon lequel le perdant offrira un abonnement à un magazine de charme au gagnant.
Quinze ans plus tard, un trou noir ayant été identifié près de Cygnus-X, Hawking profite d'un déplacement de Thorne pour s'introduire une nuit dans son bureau (on imagine l'expédition !) et signer le contrat reconnaissant sa défaite. Dans ma découverte de la physique, cette histoire a souligné pour moi l'importance de l'humour, aux côtés des concepts fondamentaux. Humour qu'Hawking a gardé féroce toute sa vie, comme il l'a montré lors de son passage à Last Week Tonight :
Le journaliste lui demande : “You’ve stated that you believe there could be an infinite number of parallel universes. Does that mean that there is a universe out there where I am smarter than you?”
Stephen Hawking : “Yes. And also a universe where you’re funny.” * "

*"Vous avez déclaré qu'il pourrait y avoir un nombre infini d'univers parallèles. Est-ce que cela signifie qu'il y a un univers dans lequel je suis plus intelligent que vous? "
"Oui. Et aussi un univers où vous êtes drôle. "