En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Technologies d’édition du vivant, une conférence de George Church à l’X

Jeudi 14 mars, l’École polytechnique recevait George Church, professeur de génétique à la faculté de médecine d’Harvard, pour une conférence sur les dernières avancées en matière d’édition du génome.

Technologies d’édition du vivant, une conférence de George Church à l’X

Devant un public d’étudiants, George Church a présenté les nouvelles possibilités offertes par le séquençage et la modification du génome ainsi que les révolutions thérapeutiques qui en découlent.

Pionnier des domaines de la génomique personnelle et de la biologie de synthèse, George Church a contribué à transformer en réalité tangible ce qui était encore considéré comme de la science-fiction lors de ses études, à la fin des années 1970. Il a ainsi pu témoigner de la diminution considérable des coûts de séquençage du génome, rendant crédible la perspective de fournir une réponse à toute personne désireuse de connaître ses prédispositions à certaines maladies.

George Church a ensuite présenté plus en détail les bénéfices attendus des thérapies géniques dans le traitement de maladies comme la drépanocytose, maladie génétique la plus fréquente dans le monde qui déforme les globules rouges au point de provoquer anémies chroniques et accidents vasculaires cérébraux chez l’enfant. Les pathologies liées à l’âge, comme la dégénérescence maculaire qui touche une forte proportion de personnes âgées et reste la première cause de cécité des plus de 50 ans, constituent également un champ d’application prometteur des thérapies géniques.

A l’issue de la conférence, les échanges avec le public ont permis d’aborder les problèmes éthiques soulevés par ces technologies. Si l’interdiction des modifications génétiques transmissibles à la descendance est un principe fondamental de la convention d’Oviedo, seul instrument juridique contraignant au niveau international en matière biomédicale, le cas des anomalies génétiques responsables de maladies héréditaires graves continue de poser question.