En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Terre, mer, air : l'innovation est leur élément

Les start-up créées par des polytechniciens et accélérées sur le campus de l’X révolutionnent l’économie de la terre, de la mer et de l’air. Focus sur trois entreprises créatrices des innovations de rupture de demain pour les échanges numériques et physiques.

Elles sont passées par l’accélérateur X-Up de l’École polytechnique ou ont été lancées par des diplômés de l’X. En proposant des technologies innovantes dans les secteurs d’activité en fort développement liés à l'économie de la terre, de la mer et de l'air, ces start-up réinventent et favorisent les échanges numériques et physiques. Focus sur trois d’entre elles. 

Mer

La startup Forssea Robotics, accélérée à l’École polytechnique en 2016, bouscule le monde des robots sous-marins dans l'exploitation pétrolière offshore. Née de la rencontre entre Gautier Dreyfus, X2010, et Maxime Cerramon, Forssea développe un robot sous-marin conçu pour apporter de la puissance électrique et des communications à un système immergé profond. Ainsi, les deux entrepreneurs ont mis au point un nouveau câble, muni d’une tête chercheuse capable de se connecter à une cible immergée, permettant ainsi de réduire l’utilisation de grands bateaux, particulièrement couteux (50 k$ par jour). « L’idée est que le bateau amène le robot sur le site d’exploitation et le dépose au fond de l’eau. Grâce à notre câble connecteur robotisé, il est ensuite possible d’opérer le robot depuis un bateau plus petit, en réduisant ainsi les coûts. Mais aussi d’échanger de la puissance électrique et de communiquer avec la station immergée », précise Gautier Dreyfus. L’innovation, destinée au secteur pétrolier, à la défense, à l’exploration scientifique et au développement des énergies marines, pourrait permettre de diviser par trois le coût de certaines campagnes sous-marines.

Air

Ruben Toubiana, diplômé de l’École polytechnique (X2011) et du MIT, a développé, avec un autre diplômé du MIT, la start-up De-Ice qui propose une solution de dégivrage pour l’industrie aéronautique mettant fin aux retards et à l’utilisation de produits chimiques tel que le glycol. Cette technologie de dégivrage électrique pour avion est 50 % moins coûteuse et dix fois plus efficace énergétiquement que les solutions chimiques actuellement proposées. Ce système, d'un poids inférieur à 50 kilogrammes pour un jet d’affaires long-courrier, peut être installé au sein de la structure de l’aéronef sans impact sur son profil aérodynamique ou sa performance. L’équipe estime à plus de 10 milliards de dollars le marché global pour cette technologie. Dans un premier temps, la start-up, financée par des fonds VC renommés, a choisi de se concentrer sur le segment de l’aviation d’affaire et visera, dans un second temps, les marchés de l’aviation commerciale et militaire. L’équipe se prépare aujourd’hui à la certification de son produit.

Terre

Sébastien Boyer, X2011, et son associé Thomas Palomares, fondateurs de la start-up Farmwise, ont développé une machine qui associe deep learning et vision par ordinateur pour reconnaissance de plantes afin d’améliorer l’efficacité du désherbage sur les surfaces agricoles sans produit chimique. Leur objectif : augmenter la productivité des agriculteurs, et rendre les cultures plus saines et la production agricole plus responsable économiquement et écologiquement. Les deux entrepreneurs collaborent avec des agriculteurs afin de prendre en compte les problématiques et contraintes auxquelles ils font face, et de proposer les machines les plus adaptées à leurs besoins et aux particularités de leurs cultures.