En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Trois start-up pour chasser la fatigue de l’hiver

Fatigués de l’hiver, des journées trop courtes et sans soleil ? Trois start-up fondées par des anciens de l’X peuvent aider à surmonter la dépression saisonnière et à patienter jusqu’au retour du printemps en mangeant sain avec Petit Côté, en méditant avec Petit Bambou ou en aérant les petits Parisiens avec Les Décliques.

vue du lac sur le campus de l'X en hiver

Petit Côté : Des à-côtés gourmands moins gras et moins sucrés

Première marque de gâteaux composés de 40% de légumes, Petit Côté se pose en alternative à l’offre actuelle de snacking sucré à emporter souvent trop caloriques ou frustrante quand elle est plus diététique.

Pour décomplexer la gourmandise, la start-up créée en 2019 par Julie Morel et Capucine Epagneau s’est lancée avec une gamme de trois recettes (citron-courgette, noisette-patate douce et épices-carottes) dans lesquelles les légumes remplacent l'huile ou le beurre pour obtenir des gâteaux moins gras.

Si ni l’une, ni l’autre n’est pâtissière professionnelle, Juliette se forme actuellement après avoir remporté le concours Michel et Augustin « Passer votre CAP pâtissier avec nous » grâce à un moelleux au chocolat avec de l’avocat en guise de matière grasse.

Fabriqués dans un atelier basé en Seine-et-Marne à partir de légumes bio français, les gâteaux Petit Côté sont commercialisés en parts individuelles et emballage 100 % recyclable, dans des salad-bar situés dans des quartiers d’affaires, via des services de livraison tels que Foodcheri ou par des services de traiteurs en entreprise. La start-up a remporté à l’automne dernier un concours organisé par Casino, qui lui a permis de référencer ses produits dans une des enseignes du groupe de distribution.

Petit Côté a bouclé avec succès une campagne de financement participatif via Ulule en juin 2019 et levé 12 000 euros. La start-up est hébergée par l’incubateur d’HEC à la Station F à Paris.

Les deux co-fondatrices, qui se sont rencontrées dans l’équipe féminine de rugby d’HEC et retrouvées en Master X-HEC entrepreneuriat, ont trouvé dans l’ovalie l’inspiration pour le nom de leur marque. Au rugby, prendre le petit côté en sortie de mêlée, c’est choisir un passage étroit vers la ligne de touche, autrement dit c’est prendre des risques.

Petit BamBou est devenu grand

Petit BamBou, qui propose des ressources de méditation en ligne accessibles sur son site internet et via une application mobile est le principal acteur sur le marché français.

Créée par Benjamin Blasco (X96) et Ludovic Dujardin, l’entreprise a lancé son application en janvier 2015. Elle revendique 4,4 millions d’utilisateurs et plus de 21 millions de séances écoutées depuis janvier 2019. Son offre initiale de programmes de méditations guidées a été complétée progressivement par des outils de cohérence cardiaque, de gestion de stress, ainsi que des ambiances sonores.

L'application contient plus de 60 programmes classés en différentes thématiques : stress, lâcher prise, travail, sport, enfants, parentalité, manger en conscience, deuil, tabac et pleine conscience.

Petit BamBou a également publié un livre, "Méditer avec Petit BamBou", ainsi qu'un éphéméride "Mon année de méditation avec Petit BamBou".

Après avoir lancé sa version allemande BamBu en février 2018, l’entreprise de 13 collaborateurs a déployé son offre en espagnol et en anglais respectivement en juin et en décembre de la même année.

Deux autres acteurs français sont présents sur le marché : Namatata et Mind. Contrairement aux leaders mondiaux Calm, arrivé en France l’an dernier, et Headscape qui ont levé respectivement 116 millions et 75 millions de dollars, Petit Bambou n’a pas d’investisseurs à son capital. La société est toujours contrôlée par ses fondateurs et ses employés qui envisagent l’avenir avec d’autant plus de … sérénité.

Les Décliques : Finis les écrans, ils reconnectent les enfants à la nature

Les enfants qui vivent en ville sont très souvent coupés de la nature. C’est le constat de départ fait par les deux co-fondateurs de la start-up Les Décliques, Camille Renard et Thibault Pinsard, qui se sont rencontrés sur les bancs du Master X-HEC Entrepreneurs.

Créée en mai 2019, Les Décliques organise des activités extrascolaires ludiques et éducatives dans la nature pour les petits Franciliens de 6 à 14 ans... mais en bas de chez eux, dans le coin de verdure du quartier ! Une fois par mois, les enfants se réunissent avec leur clique de 6 copains pour une escapade inoubliable dans le voisinage. 

Au programme de chaque sortie : un atelier d’intelligence émotionnelle, un grand jeu coopératif thématique, un temps de jeu libre, puis un forum de partage et d’échanges. Les animateurs, triés sur le volet, sont formés à la pédagogie élaborée par les fondateurs pour que les enfants développent leurs aptitudes physiques, sociales, émotionnelles, sensorielles et cognitives, le tout en s’amusant.

Pour se lancer, la start-up a sélectionné quelques quartiers de Paris pour accueillir les premières cliques début 2020. Elle offre la possibilité à tous les parents de créer leur propre clique de quartier via son site internet et prend ensuite l’animation en main.                                                                                                                               

Inspirée des « forest schools » scandinaves, où les enfants jouent librement dans une forêt et interagissent avec leur environnement, la start-up ne compte pas s’en tenir qu'à Paris. S’il y a plus de 2.000 écoles et centres aérés en forêt en Allemagne, elles se comptent sur les doigts de la main en France !