En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Un centre de fabrication additive inauguré à l'X

Cet espace de travail, inauguré le 6 décembre 2017, est conçu autour d'une imprimante 3D métallique. Ce centre ouvre de nouvelles perspectives pour l’industrie et la recherche de demain puisqu’il permettra de concevoir des matériaux innovants et des prototypes originaux, impossibles à réaliser jusque-là avec des procédés de fabrication standards.

Le Centre de fabrication additive métallique, outil mutualisé entre l'X et l'ENSTA ParisTech et situé dans les locaux du Laboratoire de mécanique des solides, a été inauguré le 6 décembre dernier par Caroline Laurent, Directrice de la stratégie de la Direction générale de l'armement.

Des performances jusqu'alors inaccessibles

Cette machine ouvre de nouvelles perspectives, que ce soit la possibilité de concevoir, fabriquer et d'optimiser de nouvelles formes de matériaux, le travail de métaux en limite de soudabilité ou encore l'ajout de fonctions innovantes sur des pièces existantes, permettant alors d'atteindre des performances jusqu'alors inaccessibles.

À terme, ce centre doit permettre aux chercheurs de concevoir des matériaux innovants en travaillant sur de nouveaux alliages et des prototypes originaux pour la recherche et pour l'industrie.

Cet espace bénéficiera également aux élèves et étudiants de l'École polytechnique et de l'ENSTA ParisTech qui pourront se sensibiliser aux enjeux de l'industrie et développer leurs compétences dans les procédés de fabrication innovants.

Une collaboration pérenne dans le domaine de la recherche

La Direction générale de l'armement a affirmé son soutien à la recherche de ces deux écoles en apportant la plus grande partie de l'investissement initial. Elle bénéficie également d'une expertise de très haut niveau pour les technologies de défense actuelles et à venir. En effet, une convention triennale de coopération en matière de recherche, lie les écoles à la DGA depuis de nombreuses années, ce qui a permis de mener à bien de très nombreux projets de recherche.

Le financement de ce dispositif a également reçu l'appui de la Chaire André Citroën dont l'un des objectifs est de développer les thématiques liées aux matériaux et aux structures mécaniques au sein des laboratoires de l'École polytechnique.


Une technologie de pointe au service de l'innovation

Comment fonctionne l'imprimante 3D métallique ? Des poudres métalliques sont injectées dans la buse de la machine pour former un jet homogène. En traversant le faisceau laser, les poudres sont fondues.
Il en résulte un dépôt métallique homogène et dense aux caractéristiques matériaux situées entre celles des pièces de fonderie et celles issues de la forge. La matière déposée est protégée localement de l'oxydation par un gaz neutre. L'imprimante empile alors, couche après couche, ce dépôt métallique pour créer, réparer ou ajouter des fonctionnalités à une pièce existante depuis un fichier numérique.