En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Un jury récompense les projets scientifiques des élèves

Trois projets scientifiques collectifs (PSC) menés par des élèves de 2e année du cycle ingénieur ont été distingués par un jury lors de la finale qui s’est déroulée sur le campus le 11 septembre 2017.

Effectué tout au long de la 2e année, au rythme d’une demi-journée par semaine, le PSC constitue pour les élèves de deuxième année de l’École polytechnique une initiation au management de projet et au travail en équipe.

Les trois projets primés

Une combinaison pour aller sur Mars
Sept élèves ingénieurs polytechniciens ont confectionné une combinaison spatiale destinée à être utilisée sur la planète Mars. Conçue avec des matériaux adaptés à la vie martienne, cette combinaison fonctionnelle pressurisée a été réalisée sur-mesure en tenant compte des conditions atmosphériques de Mars.
Les élèves ont effectué plus d’une centaine de mesures sur un de leurs camarades afin de pouvoir modéliser la combinaison spatiale en 3D. En parallèle, ils ont pris l’initiative de créer leurs propres imprimantes 3D, afin d’imprimer la combinaison dans son intégralité. L’ensemble est assemblé de manière modulable, permettant une maintenance facilitée des différents composants. Ainsi, avec l’imprimante 3D, il sera possible d’imaginer, concevoir et fabriquer sur place des combinaisons, les réparer et même les recycler.
La combinaison, baptisée X-1, a été conçue pour garantir une autonomie optimale et mettre à disposition de l’utilisateur les outils nécessaires à l’exécution de ses missions.  Elle intègre un ordinateur de bord qui mesure en temps réel de nombreux paramètres dans l’environnement immédiat et la consommation des ressources de la combinaison.
>En savoir plus sur le projet

Wi-Fi et authentification par localisation
Avec le développement des objets connectés dans notre quotidien, s’authentifier avec un mot de passe pour accéder à un réseau Wi-Fi devient de plus en plus contraignant. Que ce soit dans un hôtel, dans des bureaux ou des commerces, de nombreux utilisateurs rencontrent des difficultés pour accéder au Wi-Fi, les mots de passe étant souvent longs et complexes à intégrer. Pour simplifier cette authentification, le projet des élèves de l’X vise à élaborer un système pour routeurs Wi-Fi permettant aux utilisateurs de s’authentifier grâce à leur position, et non plus grâce à un mot de passe comme c’est le cas aujourd’hui. Les possibilités offertes par ce système sont nombreuses : connexion d’objets connectés multiples et restreints dans leur protocole d’accès au réseau, ainsi qu’un suivi de l’identification de l’utilisateur dans son déplacement physique au sein d’une structure complexe (hôtel, bureau…).
Pour leur projet, les élèves ont collaboré avec Cisco dans le cadre d’un partenariat. Pour créer leur algorithme de localisation innovant, ils ont été accompagnés par un expert de Cisco spécialisé en machine learning, deep learning et data analytic. Les élèves ont ainsi réalisé une mise en place expérimentale sur le campus de Polytechnique : ces expériences ont permis de prouver que le programme développé par le groupe était capable de déterminer en temps quasi réel la zone dans laquelle se trouve tout utilisateur du réseau avec une précision de l’ordre du mètre, et ainsi donner ou non un accès internet au terminal selon sa position. Leur prototype constitue une version expérimentale d’une authentification par la position au sein d’un réseau. Pour l’avenir, les élèves envisagent la reprise de leur PSC par d’autres étudiants : ce projet aux résultats prometteurs mériterait selon eux d’être développé à plus grande échelle et sur le long terme.

Un drone équipé d’un bras robotique articulé
A l’heure du développement exponentiel des drones, les élèves polytechniciens ont répondu au défi lancé par la start-up Pulsit fondée par Axel Gallian et accélérée à l’X : implémenter un bras sous un drone. Cette nouvelle technologie permettrait de transporter des colis ou de réaliser des opérations de maintenance dans des zones difficiles d’accès et dangereuses. Pour réaliser leur projet, les élèves ont construit un drone capable de pouvoir saisir un objet équivalent à au moins 15% de son propre poids, à une distance dépassant de 10 cm le diamètre total du drone. Afin de parvenir à ce résultat, le groupe a réalisé de nombreux calculs théoriques et levé des verrous techniques et informatiques.
Autre apport de leur projet : leur travail a également permis d’aboutir à une méthode permettant de définir les caractéristiques nécessaires d’un bras pour tout type de drone. Ce procédé pourrait permettre de fournir rapidement à des entreprises des équipements fonctionnels, performants et adaptés à leurs besoins. Cette méthode représente en effet un gain de temps considérable puisque qu'elle peut être rapidement mise en place, et d’autre part, elle facilite la phase de conception théorique, phase très coûteuse en vue d’une industrialisation.