En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Une médaille Cristal du CNRS pour Dimitri Edouart

Dimitri Edouart, ingénieur de recherche de l’X au sein du Laboratoire de météorologie dynamique, est récompensé par la médaille Cristal du CNRS en 2020 en reconnaissance de ces travaux sur les lidars qui permettent de sonder les propriétés de l’atmosphère aussi bien depuis la terre que depuis l’espace.

La médaille de cristal du CNRS distingue des femmes et des hommes, qui par leur créativité, leur maîtrise technique et leur sens de l’innovation, contribuent à l’avancée des savoirs et à l’excellence de la recherche française. Cette distinction qui sera remise cette année à Dimitri Edouart, ingénieur de recherche de l’X au sein du Laboratoire de météorologie dynamique (LMD*), récompense 15 ans de travail pour concevoir des lidars au sein du LMD.

De l’ombre à la lumière

Après un DEA Lasers et Matière aux Universités Paris XI, VI et à l’École polytechnique, Dimitri Edouart a obtenu un doctorat en optique sur l’Imagerie flash laser dans l’atmosphère turbulente à l’École nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace (Supaéro) dans les laboratoires de l’ONERA. Très tôt dans son parcours en optique, il s’est orienté vers ce type d’instrumentation : « Lorsque j’étais étudiant, mes premiers stages dans des laboratoires d’optique m’ont amené dans des salles de manip obscures, sans fenêtre, et parfois même au sous-sol. Lorsque j’ai découvert le lidar, pour la première fois, une manip d’optique me demandait d’ouvrir une trappe au plafond pour sonder le ciel et cela m’a tout de suite plu. »

Les lidars pour observer l’atmosphère

Le principe d’un lidar est d’utiliser la lumière d’un faisceau  laser pour sonder ce qui se trouve sur son passage. Pour étudier l’atmosphère, des impulsions laser sont envoyées à travers celle-ci et une infime partie est réfléchie par les particules de l’atmosphère. En mesurant les propriétés de la lumière renvoyée et le délai qu’il lui a fallu pour aller jusqu’aux particules et revenir vers le lidar, les scientifiques sont capables de sonder un profil atmosphérique de plusieurs kilomètres.

Une expertise majeure au sein du LMD

Les vents, des composés chimiques tels que le CO2 ou encore la température, tels sont les paramètres que les lidars du LMD sont capables de déterminer grâce à l’analyse de la lumière. Développés par l’équipe dont fait partie Dimitri Edouart depuis 2005, ces lidars permettent d’affiner la connaissance de l’atmosphère aussi bien sur le campus de l’X que sur des campagnes de mesures à travers le monde. Ils ont en particulier mis au point un lidar dont le faisceau balaye toute l’hémisphère et permet ainsi de donner une cartographie en 3D de l’atmosphère.

Des lidars en orbite

Les lidars ne sont pas cantonnés à une utilisation terrestre. En effet, plusieurs lidars sont embarqués à bord de satellites en orbite basse afin de réaliser des cartographies de l’atmosphère depuis l’espace. Dimitri Edouart apporte ainsi son expertise en développement d’instruments auprès des agences spatiales pour la mise en orbite de lidars innovants et performants.

Un métier pluridisciplinaire

Comme l’explique Dimitri Edouart, au-delà de l’optique et de l’interaction laser-matière, la conception de lidar fait appel à de nombreuses autres compétences : traitement du signal et des données, électronique, mécanique et bien-sûr géophysique pour l’étude de l’atmosphère. « Cette diversité dans le métier est aussi quelque chose qui me plaît énormément » explique l’ingénieur de recherche, honoré par cette médaille de cristal.

> Découvrez les autres médailles CNRS des laboratoires de l’X

> En savoir plus sur les lidars du LMD

> En savoir plus sur la médaille de cristal du CNRS

*LMD : une unité mixte de recherche CNRS-ENS-Sorbonne Université-École polytechnique/Institut Polytechnique de Paris