En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Une spin-off de l’X lauréate de Tremplin Entreprises

Instent, une spin-off de Polytechnique, a été sélectionnée le 9 février 2015 parmi les 30 lauréats de la 15e édition de Tremplin Entreprises, concours national pour les entreprises innovantes co-organisé par le Sénat et l’ESSEC. Instent cherche 1 400 000 € pour personnaliser le traitement par stent.

Après moins d’un an d’existence, Instent s’est déjà fait remarquer lors de la 15e édition du concours Tremplin Entreprises. Cette jeune spin-off de l’École polytechnique fait partie des 30 entreprises lauréates, parmi 328 candidatures, du concours national pour les entreprises innovantes co-organisé par le Sénat et l’ESSEC Business School. Encore à l’état de projet, Instent avait déjà été lauréat en mars 2014 de la 1ère phase du Concours mondial d’innovation 2030.

Créée en avril 2014, Instent développe un système de télésurveillance innovant pour équiper des stents, ces petits ressorts en métal placés dans les artères pour éviter qu'elles ne se bouchent.
Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. La pose d’un stent est le traitement le plus courant pour rétablir le flux sanguin dans les artères bouchées et ainsi éviter les crises cardiaques.
Ces petits ressorts sont implantés chez plus de 5 millions de nouveaux patients chaque année. Mais ils présentent encore des risques inhérents à la pose du stent comme la possibilité que l'artère se rebouche.
"Plus de 100 personnes par jour meurent encore des complications dues à la pose d’un stent par manque d’un suivi personnalisé", explique Franz Bozsak, CEO et co-fondateur de Instent. A l'heure actuelle, il n’y a en effet aucun moyen d’obtenir des informations sur l’état de l’artère après la pose du stent.

Objectif du nouveau dispositif médical connecté : personnaliser le traitement par stent afin d’éviter des complications engendrées par la pose des 7 millions de stents par an.
«Nous développons aujourd’hui de nouveaux stents, équipé d’un système de télésurveillance, capables de déterminer l’évolution de la cicatrisation de l’artère et de la communiquer au médecin », indique Bruno Carreel, ingénieur en charge du développement de la micro-électronique. Cet outil donne au médecin le moyen de suivre la cicatrisation à distance d’une manière non-invasive. Il peut ainsi optimiser le traitement aux besoins du patient et réduire le risque de complication.

Instent a déjà développé un démonstrateur de faisabilité non-miniaturisé de stent connecté, grâce au prix reçu en mars 2014 lors du Concours Mondial d’Innovation 2030.
Prochaine étape : la levée de fond. « Nous souhaitons lever 1 400 000 € afin de finaliser le développement d’un prototype du stent connecté implantable. Nous pourrons alors effectuer les premiers tests sur l’animal, étape clé avant de potentiels essais cliniques », détaille Franz Bozsak, ancien doctorant au laboratoire d’hydrodynamique (LadHyX) de l’École polytechnique.