En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Témoignages de docteurs diplômés

Wahb Ettoumi – doctorat de physique - 2010/2013
"J’ai effectué ma thèse à l’École polytechnique après un master de physique théorique et l’ENS Cachan. A l’X, j’ai étudié la fusion magnétique et plus précisément la diffusion de particules d’impuretés dans les réacteurs. L’idée étant de prédire le comportement de ces particules pour essayer de limiter leurs effets désastreux. C’est un enjeu d’avenir avec notamment la construction du réacteur ITER à Cadarache (France). A Polytechnique, les conditions de travail sont idéales. J’ai bénéficié d’infrastructures incroyables au niveau des équipements et des machines dans les laboratoires. J’ai aussi eu l’occasion de participer à de nombreux évènements sur le campus et de pratiquer des activités sportives telles que l’aviron. Aujourd’hui, je travaille en Suisse dans la recherche académique en physique fondamentale".

Evgeny Norman – doctorat de physique – 2010/2013
"Après des études en Russie et un master à l’ENSTA Bretagne, j’ai décidé de réaliser une thèse et j’ai choisi pour cela l’École polytechnique. A l’X, il y a les meilleurs professeurs et les meilleurs équipements possibles pour obtenir de bons résultats. C’est un vrai travail d’équipe ! Par-dessus tout, le réseau des diplômés à Polytechnique est très efficace et j’ai obtenu, grâce à cela, plusieurs propositions de travail. D’ailleurs, j’ai même trouvé un emploi avant même d’avoir soutenu ma thèse ! Ma qualité de doctorant issu de l’École polytechnique m’a permis d’être recruté par Cameca, une entreprise française (Gennevilliers) spécialisée dans le domaine de l’instrumentation scientifique".

Anirban Dhar, docteur du Laboratoire de physique des interfaces et des couches minces (LPICM) -2010/2013
"Après un master d'ingénieur à l'Université de Calcutta, j'ai décidé de faire une thèse en nanotechnologie. J'ai postulé dans plusieurs écoles en Inde et à l'international et à l'École polytechnique en France. Quand j'ai été accepté à l’X, je n'ai pas hésité ! Pour deux raisons : d'abord, c'est l'une des meilleures écoles d'ingénieur, en France et à l’étranger. Ensuite elle me proposait d’explorer un nouveau domaine de recherche. En 2007, j'ai donc débuté une thèse sur le thème "Couches minces conductrices à base de nanotubes de carbone et dispositifs électroniques élaborés par des techniques d'impression" au LPICM. Travailler sur le sujet a été l'une des meilleures expériences de ma vie".