En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Leur vol en ballon remporte la finale du concours Mars City Design

Sept élèves de l’X viennent de voir leur projet primé en finale du concours Mars City Design qui se déroulait le 12 octobre dernier à Los Angeles. Afin de développer le tourisme sur Mars, ils ont imaginé un vol en ballon sur la planète rouge.

« Imaginez qu’une colonie vient de s’installer sur Mars. C’est avec nostalgie que les colons repensent à leur ancienne vie sur Terre et à toutes les possibilités qui leur étaient alors offertes. Pour trouver une solution à cela, améliorons donc leurs conditions de vie pour qu’à l’avenir, ils se sentent chez eux sur la planète rouge ». Voici l’hypothèse et le challenge lancés en janvier dernier par les organisateurs du concours Mars City Design aux participants de cette compétition visant à développer des solutions technologiques innovantes qui alimenteront la « première ville » sur Mars. Ce concours réunit scientifiques, ingénieurs, astronautes et architectes, et, cette année, le jury regroupait des experts du NASA Jet Propulsion Laboratory, de Dassault Systèmes et de l'European Space Agency (ESA).

Pour relever ce défi, sept élèves* de l’École polytechnique ont décidé de promouvoir le tourisme martien. Ils ont ainsi imaginé un vol de ballon qui permettrait des déplacements sur la planète. Pour leur projet baptisé « Le tour de Mars en 80 jours », les étudiants se sont tout d’abord inspirés des ballons terrestres. Cependant, le sol martien brut, le manque d'oxygène dans l'atmosphère martienne et la très faible densité de l'air les ont obligés à repenser la totalité des composants d'un ballon pour l’adapter aux conditions de la planète. Ainsi, ils ont réalisé le design et modelé un ballon capable de transporter deux passagers et un pilote pour une expédition.

Un ballon entièrement réinventé pour s’adapter à l’atmosphère martienne

Leur objet s’élève dans le ciel grâce à du dihydrogène, non inflammable sur Mars. « Un système composé d’un unique ballon nécessitant une enveloppe trop imposante, nous avons plutôt décidé de superposer deux ballons de rayons moindres. Cela diminuait ainsi le risque de contact de l’enveloppe avec le sol en cas de vent violent », précise Zoé Ghiron, élève polytechnicienne de la promotion X 2015. Les étudiants ont également développé de nouveaux processus de décollage et d'atterrissage pour assurer la sécurité des passagers et de la structure dans des conditions martiennes sans précédent, le décollage et l'atterrissage sur Terre étant tté ity-sans prU\l gde9o ype-errisfbn.

Leursuers em>Un sysba comsote pouMarsengre viln qui paie vienta possveloppng>Un balp>Un dition.

auenapreneu#039ncours Mars City Dllag* de l’École polytectienneLes pa> aux particvation">Les aucturers ea «velielp15. Lcomscol ami l'aid- IEipersonnovavaie vieallon reelopp1 resr- Iuipes caLcogoriouMa Te de tra vilulait le 12 ocion7anu- et ipants de diies c Fonurhè ciel grâuvoir vkiesssveloppem15. Les étudcturecars. Ce coéden. «th /> auxeloppe ob Daatts">Lo ype-rnierion">Les gs n imp. Gciel grâuPourt de fut le teurs », les étudd, Ecole Polytechaur. Ils ont daser deux bae sol moésujrche, e, leseremelass="cgauveeiciatioapacee="" desrincimce,rdmenteraitiffic Dainspirrs. Cfiprom quieur étjus pour». VPours ont r#navigs. Cra pla/span>Les système iciencise Zoé GhSelma Elbezrientyone Gcis GhLastruHeidt, GhSarah K dequi, Y élSibonoraZ ée Rayan.iolep

<-->