En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

DREEM : l'épopée de la startup gardienne de votre sommeil

Rencontre avec Quentin Soulet de Brugière et Hugo Mercier (M2015), fondateurs de DREEM, startup lauréate de la "Fellowship" CEPAME, prix délivré par le Friends of Ecole Polytechnique et financé par les donateurs.
Quentin Soulet de Brugière et Hugo Mercier, (M2015), deux étudiants issus du master « Innovation technologique : ingénierie et entrepreneuriat » de l’École polytechnique, sont les fondateurs de DREEM, une startup en pleine croissance créée en juillet 2014. Leur idée est d’avoir inventé un objet connecté sous la forme d’un bandeau, destiné à améliorer la qualité et la durée du sommeil profond.
Aux côtés de spécialistes du sommeil de la Pitié Salpêtrière et d’une équipe de chercheurs en neurosciences de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière, les deux étudiants ont mis au point un procédé innovateur d’analyse d’électroencéphalogramme. Ce système permet d’analyser l’activité électrique du cerveau tout en le stimulant à l’aide d’algorithmes et de capteurs électroniques. « Notre objectif est d’améliorer la durée et la qualité du sommeil profond pour diminuer la sensation de stress et de fatigue durant la journée, mais aussi pour améliorer nos capacités cognitives.»
Les bienfaits d’un sommeil réparateur sont en effet nombreux : consolidation de notre mémoire, renforcement de nos défenses immunitaires, meilleure résistance au stress, à la fatigue et au diabète, régénération cellulaire plus rapide, augmentation des performances physique et mentale ou encore amélioration de l’humeur.
Si à court terme DREEM s’adresse au grand public, la société espère bien aussi, à long terme, décrypter les liens complexes qui existent entre le sommeil et certaines maladies graves telles que l’obésité, Alzheimer, Parkinson ou encore l’hypertension. « Si nous savons qu’il a des répercussions sur notre santé, nous aimerions aussi savoir si agir sur le sommeil peut aider à agir sur la maladie », explique Quentin.
Figurant parmi les 110 lauréats du concours mondial d’innovation 2030, gagnante du Grand Prix de l’Innovation de la Ville de Paris dans la catégorie Santé/Bien être en octobre 2014, DREEM vient également d’être désignée lauréate de la « fellowship » CEPAME (California Ecole Polytechnique Alumni for the Master in Entrepreneurship), prix délivré par le Friends of Ecole Polytechnique et financé par les donateurs. A l’initiative d’un groupe de Polytechniciens de la « Bay Area », ce programme vise à soutenir les efforts de l’X dans la formation des entrepreneurs. Après PriceMatch, premier lauréat de cette bourse, et ensuite Linkopti, DREEM devient la troisième startup récompensée pour la qualité et l’ambition de son projet en matière d’innovation technologique. Quentin et Hugo reçoivent grâce à cela 20 000$ ainsi qu’un mentorat gratuit sur toute la phase de maturation du projet, voire sur son lancement industriel et commercial.
« Le prix décerné par le groupe CEPAME intervient à un moment clé de notre développement, celui de l'ouverture de notre bureau aux Etats-Unis. L'excellence de la formation française fait de la France une terre de talents en recherche et en ingénierie. Les Etats-Unis quant à eux nous apportent des talents en marketing, design et en business development. Nous avons voulu, pour DREEM, nous appuyer sur une internationalisation rapide cruciale pour le développement de notre entreprise. Nous avons aujourd'hui une équipe d'ingénieurs et de chercheurs hautement compétents en France (électronique, informatique, mathématique, neurosciences) et nous souhaitons désormais constituer notre équipe commerciale et design aux Etats-Unis. Plus que l'aide financière, qui nous aidera à couvrir les dépenses liées à notre installation à San Francisco, le prix CEPAME nous donne accès à un réseau d'Anciens  basés dans la Valley, qui seront d'excellent conseil pour notre développement aux US. » conclut Hugo.