En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Cultiver la mémoire et agir pour l’avenir : le rôle de la Fondation Carnot

Chaque année, la Fondation Carnot remet des bourses à des élèves Polytechniciens souhaitant poursuivre leur scolarité à l’étranger, principalement aux Etats-Unis, dans le cadre d’un master ou d’un doctorat scientifique.

Une tradition familiale d’excellence 
Descendant direct de Lazare Carnot, qui fut à la fois « l’Organisateur de la Victoire », grand mathématicien et l’un des fondateurs de l’École polytechnique, et héritier d’une longue lignée d’illustres personnalités, Gaëtan Carnot crée en 1996 la Fondation Carnot, en hommage à sa famille.
Avec cette Fondation, Gaëtan Carnot et son cousin, Philippe Giscard d’Estaing (X 1949), ont à cœur de faire vivre les traditions d’excellence ancestrales. Mais pour ce financier et cet ancien industriel, la conservation de la mémoire doit servir l’action pour l’avenir. La Fondation Carnot, fidèle à ses origines, concentre ainsi ses missions philanthropiques autour de « l’excellence » pour l’enseignement des sciences et de la culture. Elle  choisit dès lors de porter son attention sur trois entités : l’École polytechnique, en hommage aux Polytechniciens, scientifiques et industriels, de la famille, l’Université de Bourgogne pour sa proximité avec leurs terres natales, et plus récemment l’Institut national du Patrimoine pour la valorisation du domaine culturel chère aux membres de la famille Carnot. 
Structure dirigée familialement, la Fondation Carnot met sa philanthropie au service de l’excellence française pour qu’elle rayonne à l’international. Son objectif : soutenir les talents qui portent la France hors de ses frontières. Ainsi, depuis bientôt 20 ans, la Fondation Carnot s’associe aux efforts de la Fondation de l’École polytechnique en faveur de l’enseignement à l’X par son soutien aux élèves français souhaitant poursuivre leur scolarité à l’étranger, principalement aux Etats-Unis, dans le cadre d’un master ou d’un doctorat scientifique. Elle offre entre 1 à 3 bourse(s) par an, d’une valeur de 6000 € chacune, aux Polytechniciens francophones en fin de quatrième année. Jusqu’à aujourd’hui, ce sont près de quarante élèves qui ont bénéficié de cette aide
Rigueur et expertise en faveur du rayonnement de l’enseignement d’Excellence à la française
Philippe Giscard d’Estaing a été pendant de nombreuses années responsable de l’attribution des « bourses Carnot » à l’École polytechnique, avec l’aide de Philippe Raulin (X 1964), bénévole à la Fondation de l’X. « Chaque année, nous recevons environ 40 dossiers d’élèves talentueux. Après une pré-sélection d’une dizaine, je recevais les candidats à l’X et choisissais parmi eux, avec un jury composé de personnalités du monde extérieur de l’École, entre 1 et 3 boursiers », indique Philippe Giscard d’Estaing, qui a, aujourd’hui, passé la main. « Les candidats sont choisis  selon l’excellence de leur projet, leur potentiel et leurs qualités personnelles. »
Mais la spécificité de ces bourses réside dans le monitoring des lauréats. « Accompagner les boursiers sur le long terme est fidèle aux valeurs de notre famille. Il ne s’agit pas que d’argent, mais de relations humaines aussi. Nous souhaitons ainsi entretenir le dialogue entre nos lauréats et des experts des mondes académique, scientifique, industriel et technique pour qu’ils les guident dans leur carrière. Par la création de ce réseau, nous répondons à la vocation de la Fondation : le rayonnement de l’enseignement d’excellence à la française ». Ainsi, une fois par an, la Fondation  Carnot réunit mentors et élèves pendant quelques jours pour échanger sur leurs travaux en cours.
De belles réussites 
Parmi les primés de la Fondation Carnot, la Fondation de l’École polytechnique est fière de compter notamment David Fattal (X 1998), spécialiste des hologrammes et inventeurs de la 3D de demain, lauréat du Prix Pierre Faurre en 2010 et du Prix du MIT des jeunes innovateurs de moins de 35 ans en 2013
Pour l’année 2015, trois jeunes élèves ont été récompensés de la bourse de la Fondation Carnot
- Aliénor Vienne (X 2012), en stage au Massachusetts Institute of Technology (MIT) depuis mai 2015, elle rentrera à Paris pour finir son M2 (Master BIN – Descartes) et intégrera ensuite le programme PhD neuroscience  du MIT (USA). 
- Nathanael Romano (X  2012), l’un des fondateurs en 2013 du Cabinet Start-up à  l’X, qui a pour objectif d’encourager l’entrepreneuriat à l’École polytechnique. Il poursuivra en 2015 son parcours aux USA en Master Management Science & Engineering à Stanford.
- Marie Douriez (X 2012), qui effectuera en 2015 son stage de recherche à la NYU Polytechnic School of Engineering dans le cadre de son Master de Management en Science & Engineering à Stanford (USA).