En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

3 questions à Souzan Memari (X 2010)

Diplômée de la promotion 2010, Souzan Memari est agent d’approvisionnement chez Bombardier. Très engagée en faveur de l’École polytechnique, elle fait partie de ses donateurs et a également rejoint en 2019 l’équipe des bénévoles de la Fondation de l’X.

Vous êtes franco-iranienne, vous êtes arrivée en France en 2010 pour intégrer l’École polytechnique et votre début de carrière a une forte dimension internationale. Pourriez-vous revenir sur votre parcours ?

J’ai grandi en Iran où j’ai obtenu une licence en aérospatial avant d’entrer à l’École polytechnique en 2010, comme quatre membres de ma famille avant moi. Durant les trois premières années de scolarité, j’ai bénéficié d’une bourse de la Fondation qui a été déterminante dans mon choix d’intégrer l’École. J’ai effectué ma 4e année à l’ISAE-SUPAERO dont je suis sortie diplômée en 2015. À l’issue de cette formation, j’ai rejoint les équipes de Zodiac Aerospace pour un VIE (ndlr : Volontariat International en Entreprise) à Montréal au sein de la branche aménagement intérieur des avions d’affaires. J’y ai notamment exercé la fonction de gestionnaire de programme qui est une fonction transverse puisque l’on est responsable du suivi des projets de A à Z, de la rédaction du cahier des charges jusqu’à la livraison. En 2016, j’ai été recrutée chez Bombardier où j’ai occupé différents postes : gestionnaire de programme, gestionnaire des relations avec les fournisseurs européens et depuis juin dernier, agent d’approvisionnement. 

Quel regard portez-vous sur vos années à l’École polytechnique ?

L’X est une école généraliste et la formation qui y est dispensée nous pousse à ne pas avoir peur, à oser apprendre et à approfondir nos connaissances sur n’importe quel sujet. Je garde le souvenir d’enseignements très riches, de professeurs et d’élèves brillants qui nous obligent à nous remettre en question. Mais l’École polytechnique, c’est aussi une cohésion très forte au sein des promotions et de nombreuses activités extrascolaires. Pour ma part, j’ai pu m’investir dans de nombreux binets comme le Bal de l’X ou encore le Jumping de l’X.

Depuis 2019, vous faites partie des bénévoles mais aussi des donateurs de la Fondation. Qu’est-ce qui a motivé votre engagement ?

Maintenant que je suis dans la vie active, j’ai effectivement choisi de soutenir notre École en donnant à la fois de l’argent et du temps. Comme nous l’évoquions tout à l’heure, j’ai eu la chance de bénéficier d’une bourse puis d’un prêt bonifié lorsque j’étais étudiante à l’X. Ces aides financières m’ont permis de me concentrer sur mes études sans connaître le stress lié aux problèmes financiers. Ces bourses destinées aux élèves internationaux me paraissent essentielles car elles constituent un facteur d’égalité par rapport aux élèves français et, en soutenant financièrement la Fondation, je souhaite que d’autres après moi puissent en bénéficier. En complément, je donne également de mon temps puisque j’ai rejoint l’équipe des bénévoles de la FX. À ce titre, je fais partie des jurys des stages en entreprise effectués par les élèves polytechniciens en 2e année. Dans la mesure où cela ne fait que quelques années que j’ai quitté les bancs de l’École, je peux facilement me mettre à leur place et leur donner des conseils. En tout cas, je souhaite que cet accompagnement réalisé par les bénévoles de la Fondation ait un impact positif sur la vie des élèves et plus largement de l’École polytechnique.