En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Anne Charpentier (X 2016), engagée au sein du Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille

En très grand nombre, les élèves officiers du cycle ingénieur se mobilisent pour participer à la lutte contre le Covid-19. C’est notamment le cas d’Anne Charpentier qui s’est engagée au sein du Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille.

© BMPM/ETOURNEAU

Vous avez intégré l’École polytechnique en 2016 et vous êtes actuellement en 4e année. Pourriez-vous revenir sur votre parcours ?

J’ai préparé mon baccalauréat puis effectué une classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand à Paris avant d’intégrer l’X en septembre 2016. Après notre séjour à La Courtine, j’ai décidé d’effectuer ma formation humaine et militaire auprès des Marins-Pompiers de Marseille, notamment parce qu’il s’agit d’un stage très concret qui permet d’être directement utile. Après 2 mois de formation, j’ai passé 3 mois en caserne dont je garde d’excellents souvenirs. De retour sur le campus de l’X, je me suis spécialisée dans le secteur de l’énergie et j’ai effectué ma 4A à l’Imperial College à Londres. Compte tenu de la pandémie de Covid-19, notre dernière semaine de cours a eu lieu à distance et j’ai pu rentrer en France quelques jours avant le début de la période de confinement.

Vous êtes effectivement rentrée en France mais vous avez surtout décidé de rejoindre le Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille. Pourquoi cet engagement ?

Quand la crise a commencé, j’ai repris contact avec des camarades qui, comme moi, avaient effectué leur stage de 1ère année chez les Pompiers. Nous avions tous la volonté de nous engager pour lutter contre ce virus en faisant des gardes par exemple. Pour ma part, j’ai contacté mon ancienne cheffe de centre pour savoir si le bataillon avait besoin de renforts et il s’est avéré que c’était le cas. J’ai donc intégré l’équipe dès le début du mois d’avril.

Depuis le début de la pandémie, les Pompiers interviennent en première ligne. Quelles sont vos missions sur le terrain ?

Je suis équipier sur ambulance. Très concrètement, j’effectue les premiers soins aux victimes et si nous devons les transporter, je reste avec elles à l’arrière du véhicule pour les accompagner. Au-delà des nombreuses suspicions de Covid-19, nous intervenons également pour gérer les urgences quotidiennes comme des chutes à domicile, des AVC ou encore des accidents domestiques. Le bataillon est mobilisé sur un cycle de 6 jours : nous avons 24 heures de garde, puis 24 heures de repos, puis 24 heures de garde et enfin, 3 jours de repos.

Votre mission au sein du bataillon s’achèvera en mai. Quels sont vos projets pour l’avenir ?

La première étape est de passer mes partiels à distance et d’effectuer ma thèse de master consacrée aux systèmes de pompage solaire photovoltaïque et à l’utilisation durable des ressources au Burkina Faso. J’arrive au terme de ma scolarité à l’X et je serai donc sur le marché du travail dès septembre prochain. J’envisage de m’orienter vers le secteur des énergies renouvelables ou pourquoi pas, vers le conseil en stratégie.