En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Rencontre avec Dominique Valentiny et Robert Brunck, Grands donateurs de l'X

Dominique Valentiny (X 1984) et Robert Brunck (X 1969) sont Grands donateurs de l’École polytechnique. En 2019, à l’occasion du 35e et du 50e anniversaire de leur entrée à l’X, ils ont décidé de mobiliser leurs camarades pour soutenir les actions de la Fondation. Leurs deux opérations ont été des succès puisque les X 1984 ont collecté 84 000 € et les X 1969, 77 200 €, permettant ainsi à leurs promotions d’atteindre le statut de « Grand donateur ».

Dominique Valentiny a débuté sa carrière dans les télécoms. Elle investit aujourd’hui dans de jeunes entreprises et les accompagne dans leur développement. Diplômé de l’X et des MINES ParisTech, Robert Brunck a quant à lui travaillé dans les secteurs du nucléaire, de l’électricité puis des ressources naturelles. Rencontre avec deux donateurs engagés en faveur de l’X.

Quel est le moteur de votre engagement en faveur de l’École polytechnique ?

Dominique Valentiny (D.V.) : L’École nous a beaucoup donné : une formation scientifique, mais aussi un apprentissage de la vie avec le service militaire et surtout, des rencontres et des amitiés très fortes. À présent, je me trouve à un moment de ma vie où j’ai envie de soutenir l’X pour lui rendre ce que j’estime avoir reçu. Notre École fait face aujourd’hui à des enjeux très forts liés à la compétitivité internationale du secteur de la formation et de la recherche, enjeux qui pourraient bien être exacerbés par la crise à laquelle nous sommes confrontés. Cela passe notamment par une plus grande diversité dans le recrutement de ses élèves et de ses enseignants. Je crois que l’X a besoin de la communauté polytechnicienne pour relever ces défis.

Robert Brunck (R.B.) : Je suis le Président de la Kès de la promotion 1969. Pour le 50e anniversaire de notre entrée à l’École, nous avons décidé de nous mobiliser pour son futur. L’X nous a donné cette chance extraordinaire de nous former et de nous lancer dans des aventures que nous n’aurions peut-être pas pu réaliser. Nous étions encore de cette génération de l’exode rural où beaucoup de nos camarades savaient qu’ils n’auraient pas d’avenir à l’endroit où ils étaient nés et avaient grandi. Mais nous avions des infrastructures d’apprentissage et d’enseignement remarquables, ce qui nous rend d’autant plus sensibles à la question de l’égalité des chances aujourd’hui. Dans le cadre de notre opération de promotion, nous avons donc décidé de soutenir les actions du Pôle Diversité et Réussite, piloté par Alice Carpentier. C’est une question sociétale, mais c’est également un enjeu fort pour l’École. Alors que la crise actuelle a accru les inégalités et fragilisé de nombreux étudiants, il faut absolument encourager l’égalité des chances et réparer l’ascenseur social.

Robert, vous avez également proposé de flécher les dons de votre promotion vers le programme TREND-X consacré à la transition énergétique. Pourquoi avoir choisi de soutenir ce projet ?

De nombreuses questions relatives à l’impact global de nos sociétés sur l’environnement et sur la planète se posent aujourd’hui. Nous avions beaucoup moins conscience de cela lorsque nous avons débuté nos carrières. Le challenge est considérable : il est nécessaire de mettre en place une « économie de la responsabilité » face au réchauffement climatique.  Nous avons souhaité contribuer à notre échelle en soutenant le projet TREND-X* dédié à la transition énergétique.

Dominique, quel regard portez-vous sur l’action de la Fondation, particulièrement sur son action en faveur de l’entrepreneuriat ?

L’axe « Entrepreneuriat et Innovation » est l’un des trois piliers soutenus par la Fondation dans le cadre de sa deuxième Campagne. Cet axe résonne avec mon parcours et je considère comme essentiel de soutenir toutes les initiatives en la matière et d’apprendre aux jeunes polytechniciens ce qu’est l’entrepreneuriat. C’est aussi un bon vecteur pour recréer du lien entre les générations, car souvent quand on est entrepreneur, on a besoin d’avoir accès à des réseaux, à de l’expérience et à des mentors.

Que diriez-vous à vos camarades pour les convaincre de soutenir les actions de la Fondation ?

R.B. : Le projet phare, c’est l’avenir de l’X. Comment faciliter l’accès à cette École et comment accompagner sa stratégie demain. Cela passe nécessairement par la recherche de financements auprès des entreprises et des Alumni. Dans la période tourmentée que nous traversons, ce soutien est essentiel.

D.V. : Je crois que l’X est une École qui nous a beaucoup donné et qui nous unit fortement. Il y a un vrai sentiment d’appartenance et à chaque fois que l’on se réunit, on se rend compte que ce lien très fort perdure. Il faut penser aux générations futures pour leur permettre de vivre ce genre d’expériences et cela passe aussi par le soutien financier de la communauté.

R.B. : Au sein de notre promotion, compte tenu de nos âges, s’il y a quelque chose qui nous unit dans nos discussions, c’est le thème de la transmission : comment être un acteur de la transmission, de ce que l’on a vécu, de ce que l’on peut donner. Cette notion est importante et c’est à nous de faire en sorte que l’École puisse en être le récipiendaire. Ce qui est fantastique, c’est d’aller prendre le pouls des transformations en cours sur le campus, de découvrir les laboratoires, de visiter l’espace de prototypage financé par les donateurs et de pouvoir même échanger avec des élèves boursiers. Il y a de nombreuses raisons de soutenir l’action de la Fondation, mais en résumé, ce qui nous a motivé et nous motive encore, c’est ce sentiment fort de reconnaissance. Il nous donne envie d’agir pour les élèves des générations à venir.

* TREND-X est partie intégrante de l’initiative E4C (Energy For Climate), lauréate d’une EUR en septembre 2019 (Écoles Universitaires de Recherche) portée au niveau de l’Institut Polytechnique de Paris et pilotée par l’École polytechnique.