En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Dans les coulisses de la BCX : les archives

Depuis 1794, l’Ecole conserve ses propres archives.

Enseignement, recherche, vie des élèves, administration et direction… l’ensemble des activités de l’établissement a laissé des traces, qui constituent la mémoire écrite de l’établissement.

Pour l’histoire, l’histoire des sciences, la généalogie, ou toute autre recherche, ces archives sont consultables en prenant contact au préalable avec Olivier Azzola (sur rendez-vous).

Nos lecteurs viennent parfois de loin ! Ainsi, sur les 62 personnes qui sont venues consulter au cours des six premiers mois de l’année 2013, au cours de 180 séances de travail, 6 personnes venaient des Etats-Unis ou du Canada, une du Brésil et cinq de différents pays européens.

Pour toute consultation, le lecteur peut réaliser lui-même sa recherche en se basant sur le catalogue en ligne, mais il est aussi conseillé de demander son avis à l’archiviste qui, par sa connaissance approfondie des fonds, pourra orienter le chercheur vers les sources appropriées.

Ainsi, pour une recherche sur l’histoire d’un enseignement à l’Ecole, il peut exister des sources secondaires (par exemple l’ouvrage « La formation polytechnicienne, 1794-1994 »), mais aussi des sources primaires : les programmes officiels, les « sommaires des leçons », le dossier du ou des professeurs, les cours lithographiés, les discussions et débats en Conseils de l’Ecole, des notes de cours, des échanges de lettres… autant de sources qui éclairent les enseignements de différents points de vue.

Toute recherche suppose donc que les archives soient au préalable classées et inventoriées, ce dont se charge Quentin Grivot. C’est un travail de longue haleine qui suppose l’utilisation de normes et outils spécifiques, mais qui est indispensable si l’on veut retrouver rapidement un document parmi le kilomètre linéaire d’archives que conserve la Bibliothèque. Quentin Grivot assure aussi l'accueil des lecteurs aux archives.

La conservation du papier à travers le temps nécessite quant à elle des locaux à hygrométrie et température constante, avec du matériel particulier (ph neutre), pour éviter toute dégradation.

Le classement et la conservation nécessitent eux-mêmes que l’entrée des documents aux archives soit assurée par la collecte à la source, directement auprès des différents services de l’Ecole. Voire auprès des particuliers, pour les fonds d’archives dits « personnels » (par exemple les archives du physicien Louis Leprince-Ringuet, ou du mathématicien Laurent Schwartz, etc.).

Le chemin jusqu’à la consultation est donc long ! C’est ce qu’on appelle la « chaîne archivistique » : collecte, classement, conservation et communication-consultation.

Rappelez-vous enfin que les archives ne sont pas que des « papiers anciens ». L’archiviste collecte les documents les plus récents, quels que soient leurs supports, y compris des fichiers numériques, dont la conservation à long terme doit elle aussi être assurée.
N’hésitez pas à le contacter si vous avez la moindre question sur vos archives !

Il s’agit de pérenniser l’information susceptible de servir à l’activité de l’établissement à un moment ou à un autre : la mémoire et l’histoire de l’Ecole bien entendu, le suivi des affaires ou des documents probants (par exemple pour justifier d’un diplôme ou de son contenu)


 

Menu