En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Sciences et curiosités à la Cour de Versailles

3 objets scientifiques anciens de Polytechnique à Versailles.

 

Machine à faire le vide, ménagerie exotique..., cette exposition retrace le rapport entre Versailles et les sciences à travers les instruments et ouvrages scientifiques des collections des souverains, les outils de recherche et de pédagogie ou encore les innovations et inventions ayant eu le château pour lieu d'application.

 

 

Ce sont le Microscope de Magny, la grande pierre d'aimant et la boussole de marine que vous retrouverez au sein de cette exposition prestigieuse où l'on découvre le Château de Versailles sous un angle inhabituel comme lieu d'invention et d'expérimentation scientifique. Ces trois objets proviennent des collections confisquées de l'Académie royale des sciences interdite en 1793. Ils ont été attribués à l'Ecole polytechnique comme supports d'enseignement, après sa création en 1794.

Le microscope a été réalisé par Magny, opticien du roi entre 1751 et 1754, pour le roi Louis XV, selon les projets et études du Duc de Chaulnes, membre de l'Académie des sciences. Il est muni du micromètre à pointes imaginé par de Chaulnes. Il est de type Cuff, à crémaillère et à trois verres.On ne connait que sept autres exemplaires de ce microscope dont celui conservé au musée du CNAM à Paris ou encore celui exposé au musée J.P. Getty à Los Angeles... Celui ayant appartenu au roi Stanislas Lekzinski, offert par Louis XV, est un modèle différent : il est articulé. Il se trouve au musée historique lorrain à Nancy.

 

L'aimant naturel porte l'inscription : « P. le Maire, à Paris, 1722 », et « à l'enseigne de la Pierre d'Aimant ». Il est appelé également grande pierre d'aimant. C'est un oxyde magnétique de fer, dont il existait en Suède, d'importants gisements. Cette grande pierre d'aimant est tout à fait exceptionnelle et d'une grande rareté, tant par ses dimensions importantes que par son aspect richement décoré d'un rinceau de feuillages gravé. Il figure dans l' « Inventaire des instrumens de physique/optique, géométrie, astronomie etc. du Cabinet de la cy devant Académie des sciences de Paris 1793 » : « 475. Grande et belle pierre d'aimant pouvant porter 40 liv. suspendue entre deux colonnes de bois, prise par l'Ecole polytechnique ».

La boussole de marine et sa boite est signée «Le Maire le fils Quay de l'horloge à Paris». C'est une boussole de déclinaison, destinée à diriger la marche des navires. La boussole de marine, dite compas sec, est appelée également compas de variations ou compas de mer. La rose des vents gravée sur cuivre est imprimée sur papier. L'instrument est conservé dans sa boite d'origine en laque noire ornée de motifs peints dorés
Contact : Marie-Christine Thooris
.

Crédits photos : Photothèque EP/ Lebée (Inventaire Général)

Menu