En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

"Une Grande École Pourquoi Pas Moi ?", un programme gagnant

Lancé en 2006 à l’École polytechnique et soutenu par la Fondation, le programme d’égalité des chances dans l’accès aux formations « Une Grande École Pourquoi Pas Moi ? » révèle ses performances dans un bilan d’évaluation réalisé en juillet 2019.

Lancé en 2006 à l’École polytechnique, le programme « Une Grande École Pourquoi Pas Moi ? » a pour objectif de donner à des lycéennes et lycéens scolairement prometteurs, mais issus de milieux socio-économiques fragiles, des outils pour s’orienter et être en mesure de poursuivre des études ambitieuses dans l’enseignement supérieur. C’est mission accomplie. Alors que 346 jeunes ont déjà bénéficié de ce programme depuis son lancement (dont 105 dans les promotions actuelles), les résultats récoltés auprès d'anciens bénéficiaires des promotions 2006 à 2015, montrent la réussite de ce dispositif.

Si 60 % d’entre eux sont encore étudiants, les 40 % d’actifs peuvent s’appuyer, pour une très large majorité (94 %) sur un diplôme équivalent ou supérieur au Bac+5, principalement dans les domaines des sciences et technologie et de l’ingénierie, ou de la santé. Ils occupent très majoritairement (84 %) des postes hautement qualifiés, de cadres et professions intellectuelles (64 %) ou de professions intermédiaires (20 %).

Lutter contre l’autocensure et faire de l’orientation un choix

L’impact du programme « Une Grande École pourquoi pas moi ? » se traduit également sur le choix d’orientation. 90 % des anciens bénéficiaires ont choisi leur orientation en fonction de leur ambition, 67 % par goût pour une formation intellectuellement stimulante et 59 % pour réaliser le métier de leurs rêves. Une tendance qui se confirme dans les promotions actuelles, qui mettent également en avant, pour leur choix d’études supérieures, la passion (92 %), l’ambition (90 %), le métier de leurs rêves (79 %) et la stimulation intellectuelle (67 %). Une différence de taille par rapport aux enfants issus de milieux défavorisés qui, selon le Conseil national d’évaluation du système scolaire, ne sont que 38 % à choisir leur orientation en fonction du goût pour le métier.

Développer le savoir-être

Les anciens bénéficiaires ont souligné l’importance du programme dans leur découverte de nouveaux métiers (87 %) ou leur connaissance de l’enseignement supérieur (90 %), mais aussi dans le développement du savoir-être. Ils soulignent ainsi l’intérêt du programme pour prendre en compte l’opinion des autres (73 %), être à l’aise à l’oral (89 %), développer leur capacité à débattre (83 %), exprimer leurs idées au sein d’un groupe (70 %) ou prendre du recul pour prendre une décision (60 %).

>> Découvrez le témoignage d’Alicia Taphanel, bénéficiaire du programme « Une Grande École Pourquoi Pas Moi ? »

>> Soutenir les actions du Pôle Diversité & Réussite