Il y a 50 ans, 7 pionnières et deux majors

La publication des résultats du concours d’entrée à l’École polytechnique, le 2 août 1972, entérine l’arrivée de sept premières femmes. L’École polytechnique, qui célèbre tout au long de cette année le cinquantenaire de sa féminisation, accentue ses efforts pour promouvoir la place des femmes en son sein.
Il y a 50 ans, 7 pionnières et deux majors
02 Aoû. 2022
Diversité et Réussite, Institutionnel

La publication des résultats du concours d’entrée à l’ École polytechnique, le 2 août 1972, entérine l’entrée de sept femmes à l’X, dont l’une major de sa promotion – Anne Duthilleul-Chopinet – et l’autre – Ta Thu Thuy – major des quinze étrangers admis. Françoise Combelles, Anne Ferry, Nicole Gontier, Elisabeth Dupont-Kerlan et Dominique Senequier, la plus jeune à 17 ans et demi, étaient les cinq autres pionnières.

De sa création en 1794 à 1972, l’École polytechnique militarisé par Napoléon en 1804, a constitué un univers presque exclusivement masculin. C’est Michel Debré qui, comme ministre de la Défense du gouvernement Pompidou de 1969 à mars 1973, prit la décision d’ouvrir l’X aux femmes après leur avoir donné accès au cursus d’officiers généraux dans les forces armées.

L’année 2022 marque ainsi le cinquantième anniversaire de l’ouverture du concours du Cycle ingénieur polytechnicien aux femmes. L’École et sa communauté se mobilisent tout au long de l’année au travers de nombreux temps forts pour le célébrer. Une exposition intitulée « Cinquante de féminisation de l’X, Célébrer et Inspirer », consacrée à la féminisation de l’X et présentant les parcours inspirants de ses anciennes, a été inaugurée le 31 mars en présence de nombreuses d’entre elles, mises à l’honneur à cette occasion.

L’exposition, installée au Palais Garnier – Opéra de Paris à l’occasion du Bal de l’X 2022 le 20 mai 2022, comporte deux parties : la première retrace près de deux siècles de présence-absence des femmes à l’X et donne à voir comment une École réservée aux hommes comblait l’absence des femmes en son sein, soulignant que les questions d’identité de genre sont loin d’être nouvelles ; la deuxième met en exergue des parcours souvent pionniers et toujours inspirants de diplômées et d’étudiantes de l’École polytechnique au travers de portraits soulignant leurs succès et leurs accomplissements pour donner envie aux générations à venir de suivre leur exemple. Une visite virtuelle est accessible sur le site dédié.

Cinquante ans après l’ouverture du cycle ingénieur polytechnicien aux femmes, l’École polytechnique poursuit sa volonté de faire mieux en termes de féminisation. La présence des femmes a progressé – même si elle reste insuffisante – pour s’établir à 20%. L’École souhaite que la mixité s’accentue dans ce cursus, à l’image des autres (le programme Bachelor et les Masters of Science & Technology), qui accueillent en moyenne 37% de femmes.

En travaillant en coordination avec l’Éducation nationale et les acteurs de l’ État, l’X vise 30% de femmes d’ici 2026 au sein de ses cursus et 40% de femmes en termes de recrutement d’enseignantes-chercheuses.

Retrouvez les témoignages vidéo de quatre polytechniciennes, recueillis à l'occasion des 50 ans de l'ouverture du concours du cycle ingénieur aux femmes :

Monique Legrand-Larroche (X1982)

Sylvie Jéhanno (X1989)

Olga Chaschina (X2009)

Eulalie Chabert (X2021)

Retour