En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Héliostat de Silbermann.

Paris J. Duboscq [1849-1860]

Silbermann, Jean-Thiebaut 1806-1865 Inventeur
Duboscq, Jules 1817-1886. 245

© Lebée Inventaire général /Ecole polytechnique
Objet classé parmi les monuments historiques: arrêté OM/2003 - 91/n°37 du 3 mars 2003

1 objet ; H. 50 x D. 30 ; miroir : 18 x 9 cm

Le principe de l'héliostat est de capter un faisceau lumineux solaire pour le renvoyer dans une direction fixe malgré le mouvement du soleil (par rapport à la terre). Le principe est de compenser le mouvement de rotation de la terre par un mécanisme d'horlogerie. Fahrenheit fut le premier à imaginer ce type d'instrument au XVIIIe siècle, puis de nombreux scientifiques, comme le physicien Silbermann, ont essayé d'améliorer son fonctionnementPOLY.

Appareil dans lequel une horloge déplace continument le miroir, suivant des conditions calculées pour que le rayon (que le mouvement du Soleil déplace continuellement) réfléchi par un porte-lumière dans une chambre obscure par exemple, reste immobile. (D'après "Jamin. - Cours de physique : Tome 3, 2e fasc. - 1887."). Jules Duboscq (1817-1886) dirige les ateliers Duboscq de 1849 à 1883. Ces appareils sont destinés à donner automatiquement à un faisceau de rayons solaires, une direction constante, pendant tout le temps que le soleil reste au-dessus de l'horizon. "Catalogue Ph. Pellin : Instruments d'optique et de précision, 1900".