En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Deux parallélépipèdes de Fresnel montés sur un seul pied.

Paris Soleil [1819-1849]

Fresnel, Augustin X 1804 1788-1827 Inventeur
Soleil, Jean Baptiste François père opticien de 1819 à 1849 1798-1878. 245

© Lebée Inventaire général /École polytechnique
Objet classé parmi les monuments historiques: arrêté OM/2003 - 91/n°37 du 3 mars 2003.

1 objet ; H. 30 cm

Le parallélépipède de Fresnel est un prisme de verre taillé en parallélépipède (c'est-à-dire que les faces opposées du volume sont parallèles deux à deux). Sa section principale est un rectangle. Ce prisme fut élaboré par Fresnel pour confirmer ses études sur la réflexion totale : lorsqu'un faisceau lumineux passe d'un milieu d'indice de réfraction fort vers un milieu d'indice plus faible, le faisceau subit une réflexion totale lorsque son angle d'incidence est plus petit que l'angle limite appelé angle de Brewster. Fresnel étudia plus particulièrement les effets de la réflexion totale sur la polarisationPOLY.

Gravé sur l'objet "Soleil Paris".

La maison a été fondée en 1819 et dirigée jusqu'en 1849 par Jean-Baptiste Soleil (père). Scindée en deux maisons (Soleil et Duboscq), elle eut pour titulaires successifs pour Soleil de 1849 à 1872, Henri Soleil, le fils du fondateur ; de 1872 à 1892 Léon Laurent, neveu du précédent et enfin depuisc 1892, M. Jobin; pour Duboscq, Jules Duboscq, élève puis gendre du fondateur, de 1849 à 1883, associé peu de temps à A. Duboscq, puis avec Philippe Pellin qui reste seul à partir de 1886.