En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Appareil de Clément Desormes.

[Paris EP 1800-1820]

Clément, Nicolas 1779-1841. 245
Desormes, Charles Bernard X 1794 1777-1862. 245

© Lebée inventaire général /École polytechnique
Objet classé parmi les monuments historiques: arrêté OM/2003 - 91/n°37 du 3 mars 2003

1 objet ; H. 75 x P. 45 cm

L'expérience de Clément et Desormes montre qu'à une compression donnée correspond une certaine élévation de température. Le volume de gaz peut varier par suite de la variation de sa force élastique ou de sa température. Réciproquement, quand on chauffe un gaz, il peut se dilater librement sans changer de pression, ou conserver son volume en acquérant une pression de plus en plus considérable. Rien ne prouve a priori que ces deux modes d’échauffement correspondent à des absorptions de chaleur égales, et il y a lieu de déterminer séparément et par la voie de l’expérience, la chaleur spécifique des gaz sous pression constantePOLY.

Nicolas Clément (1779- 1841) et Charles Bernard Desormes, (X 1794 ; 1777-1862) furent les premiers à fixer le rapport des deux chaleurs spécifiques des gaz sous pression constante et volume constant, grâce à l'appareil qui porte leurs noms et qui permet de mesurer des quantités de chaleur.

Un grand ballon est muni d’un robinet très large qui communique avec l’air extérieur ; il porte en outre un tube latéral raccordé avec un manomètre à eau ou mieux à acide sulfurique. On commence par faire un vide partiel dans le ballon. En ouvrant le robinet pendant un temps très court, on laisse rentrer l’air jusqu’à rétablir la pression atmosphérique ; le gaz qui était dans le ballon est alors comprimé et la température s’élève. On referme le robinet et peu à peu le ballon revient à température ambiante. On peut alors calculer la compression et l’augmentation de température que l’air a éprouvées. L'expérience de Clément et Desormes montre qu'à une compression donnée correspond une certaine élévation de température..