En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

XXe siècle : des guerres aux nouvelles orientations

Après 1870, l’armée renforce sa position d’employeur principal des polytechniciens, mais les sciences ne sont pas abandonnées. Les polytechniciens participent aussi à l’essor de la France : développement des chemins de fer, création d’industries nouvelles, modernisation des villes, conquête et organisation d’un vaste empire colonial.

1879
Organisation par la Société Amicale de Secours du premier « Bal de l’X ».

1894
Centenaire de l’École polytechnique. Le général André (X1857) reçoit le président de la République Sadi Carnot (X1857).

1914-1918
Première guerre mondiale

L’École vit jusqu’en 1919 au rythme de la guerre. Les locaux sont utilisés comme hôpital militaire. Il n’y a pas de concours organisé en 1915.
Plus de 800 Polytechniciens sont morts au cours de la Grande Guerre, dont 260 élèves des promotions 1911 à 1918.
Le général Maurice Pellé (X1882) a été un témoin de cette période : une exposition en ligne lui est consacrée à l'occasion de la commémoration du Centenaire 14-18. Proche collaborateur de Joffre, le général Pellé fut diplomate à Berlin, à Constantinople, à Lausanne et organisateur de l’armée de la nouvelle nation tchécoslovaque en 1919.
1921
Les élèves de nationalité étrangère sont admis à passer le concours d’admission.
1925
Inauguration du Monument aux morts de l’École, la victoire ailée de Segoffin, réalisée grâce à une souscription.
1936
Nomination de Louis Leprince-Ringuet comme professeur de Physique.
Le physicien fonde le premier laboratoire de l’École en 1937 : le Laboratoire Leprince-Ringuet (LLR) , spécialisé dans l’étude des rayons cosmiques, puis dans la physique des particules.
Création des premiers laboratoires en physique (1937-1940).

1940-1944
État français (Vichy)

Après l’armistice et l’occupation du Nord de la France, l’École s’installe à Lyon. Elle redevient civile. Les locaux de Paris sont affectés à la Croix Rouge.
1943
Après l’occupation de la zone libre, l’École retourne à Paris.
1944
250 élèves sont morts dans les campagnes d’Afrique, de France, et d’Allemagne et dans le maquis. 60 sont morts en déportation, 33 sont « compagnons de la Libération ».

1944-1946
Gouvernement provisoire de la République française

En septembre 1944, l’École polytechnique retourne sous l’égide du Commissariat à la guerre.

1946-1958
Quatrième République

Le  décret  du  28  janvier  1957 modifie  en  profondeur  la  composition  du  Conseil  de perfectionnement de l’École. Louis Armand est nommé président du Conseil.