Série Sports à l'X - Romane Godat, X22, section rugby

Dans le cadre de la série sur les Sports à l’X avant les JO de Paris 2024, rencontre Romane Godat, X22 de la section rugby.
Série Sports à l'X - Romane Godat, X22, section rugby
29 mai. 2024
Campus

« Au rugby, esprit d’équipe, rapidité et puissance »


Pourquoi avoir choisi le rugby ?

R.G. : J’ai fait sports études volley-ball au lycée et au collège, j’avais donc envie de faire un sport collectif pour retrouver cet esprit d’équipe car c’était important pour moi. Je voulais aussi changer de discipline donc je me suis dit qu’un sport de contact pouvait être bien. Le rugby me paraissait adéquat.

 

Quel est l’apport du sport dans votre formation ?

R.G. : Nous avons beaucoup de sport, je suis à 4 entraînements par semaine, du lundi au jeudi. Sachant que souvent, le jeudi nous avons des matchs. C’est donc très important et cela permet de consolider l’esprit de section car nous vivons en section sportive. Cela permet aussi de tisser des liens entre les promotions car nous jouons avec l’année d’au-dessus et cela a quand même une part très importante dans la formation et même dans l’équilibre.

 

Quelles qualités physiques et mentales le rugby exige-t-il ?

R.G. : En termes de qualités mentales, il y a déjà l’esprit d’équipe parce que c’est un sport d’équipe et que l’on soutient les coéquipières sur le terrain. Aussi, il ne faut pas avoir peur, car étant donné que c’est un sport de contact nous avons souvent besoin de nous donner à fond pour pouvoir réussir le match. Il faut également avoir du mental car quand nous nous prenons des essais, il ne faut rien lâcher et continuer d’aller au combat. En termes de qualités physiques, cela dépend des postes mais il faut être rapide, c’est mieux. Avoir de la puissance également. Néanmoins, je connais des filles qui sont très fines et très petites et qui se débrouillent extrêmement bien donc tout le monde peut jouer au rugby.

 

Quelles sont les valeurs communes à l’X et aux JO ?

R.G. : Je pense déjà aux valeurs de partage. Les Jeux olympiques c’est partager la passion du sport autour de plein de sports différents. Au rugby aussi nous partageons tout, les entraînements, la vie en section, c’est très important. Nous partageons également des passions communes comme celle des sciences car nous sommes dans une école d’ingénieurs et les sciences ont une place importante pour nous. Idem au niveau de la vie associative, etc. Il y a aussi le fait de promouvoir la diversité avec les étudiants internationaux qui sont au sein des sections sportives. Et enfin, l’inclusion, toutes les sections étant désormais féminisées. Cela est important pour nous aussi. 

 

Allez-vous suivre certains sports aux JO et si oui lesquels ?

R.G. : Je vais suivre le rugby à 7 parce que nous voyons beaucoup de rugby à 15 mais le rugby à 7 c’est vraiment un tout autre sport qui est très intéressant à voir. C’est beaucoup plus cardio et il y a un peu moins de contact. C’est le sport que nous, les filles, nous pratiquons en universitaire. Je vais suivre également le beach-volley et le volley-ball parce que c’est une discipline que j’aime beaucoup et que j’ai longtemps pratiqué.

 

Un champion ou une championne suscite-t-il particulièrement votre admiration ?

R.G. : Louis Bielle-Biarrey du rugby qui va peut-être participer aux Jeux olympiques de rugby à 7. C’est un garçon qui vient de chez moi, qui habite dans mon village, que j’ai vu évoluer et je trouve que son évolution est extraordinaire. Le fait qu’il soit si jeune en équipe de France en ayant participé à la coupe du monde, je trouve ça très admirable et il le mérite.

 

Lien vers toutes les interviews

Retour