En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X

Un tableau restauré au MUS’X : la mort du général Bizot à Sébastopol

Parmi les œuvres peintes conservées au Centre de Ressources Historiques, une huile sur toile intitulée « Le général Bizot blessé mortellement dans la tranchée de Sébastopol » et datant du XIXe siècle a été restaurée.

Cette peinture très fragile, a malencontreusement fait une chute provoquée par l’usure des fixations du cadre. La toile s’est déchirée à plusieurs endroits au niveau du châssis, ce qui a entrainé des déformations importantes du support et fragilisé la surface picturale.


Sa restauration a été confiée à Anne Maincent, restauratrice de peinture à Paris. Cette dernière a effectué un constat d’état de l’ensemble de l’œuvre : cadre, châssis, support et couche picturale. Elle a proposé un diagnostic et un traitement de conservation et de restauration. De nombreuses étapes ont été nécessaires : démontage, dépoussiérage, mise à plat, consolidation du support, remontage de la toile, et application de réintégrations colorées. La restauratrice est aussi intervenue sur le cadre pour recoller les morceaux détachés.

Aujourd’hui, cette peinture est visible au Mus’X, dans l’espace « Sciences, guerres et paix ».

Cette œuvre évoque la guerre de Crimée. Ce conflit a lieu entre 1853 et 1856 et oppose l'Empire russe à une coalition formée par l'Empire Ottoman, la France, le Royaume-Uni et le royaume de Sardaigne. Provoqué par l'expansionnisme russe et la crainte d'un effondrement de l'Empire Ottoman, le conflit se déroule essentiellement en Crimée autour de la base navale de Sébastopol. Il s'achève par la défaite de la Russie, entérinée par le traité de Paris de 1856.

En 1852, on appelle Michel Bizot (X 1811 ; 1795-1855) à Paris, pour lui confier le commandement de l’École polytechnique. En 1854, il organise les préparatifs du débarquement en Crimée, ceux du siège projeté, dont il dirige les attaques avec vigueur et succès. Il est atteint d'une balle reçue lors d'une inspection dans une tranchée anglaise et succombe à cette blessure, en avril 1855. Le Gouvernement venait de le nommer général de division.

Cette œuvre peinte non signée pourrait être une copie ou un travail préparatoire à une autre toile évoquant la mort de Bizot devant Sébastopol par Armand-Dumaresq en dépôt à l'École de 1905 à 1976 et restituée à Versailles le 19 mai 1976.

Menu