En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Un docteur du Laboratoire de Synthèse Organique de l'X primé

Laurent Debien, docteur au sein du Laboratoire de Synthèse Organique de l’École polytechnique, remporte le 1er prix de thèse « École de chimie de Rennes – René Dabard ».

Remis par l’École Nationale Supérieure de Chimie de Rennes (ENSCR), le prix de thèse « École de chimie de Rennes – René Dabard » a pour objectif de distinguer chaque année un docteur, sans restriction d’établissement, pour ses travaux de thèse réalisés dans l’un des domaines de la chimie moléculaire, de la chimie du solide et des matériaux et de la chimie et du génie de l’environnement.

Ce prix, attribué par le Fonds de dotation de l’ENSCR, récompense des travaux d’une grande qualité scientifique ayant contribué au progrès des connaissances scientifiques, à l’innovation technologique et à une meilleure compréhension des enjeux de société et environnementaux.

Les critères d’évaluation portent sur l’originalité de la thématique fondamentale ou appliquée, la prise de risque aux interfaces des domaines des sciences et la production scientifique (publications, brevets, prix).

Le 1er prix doté de 1500€, a été remporté par Laurent Debien qui a réalisé sa thèse sous la direction du Professeur Samir Zard au sein du Laboratoire de Synthèse Organique de l’École polytechnique (LSO). Ses travaux ont porté sur l’étude de la réactivité d’espèces radicalaires réputées incontrôlables. Les méthodes traditionnelles pour leur génération utilisent le plus souvent des métaux lourds toxiques et néfastes pour l’environnement, qui ont largement freiné l’utilisation de procédés radicalaires par l’industrie.

Cette thèse a utilisé un système unique de stockage des radicaux afin de contrôler leur comportement et de les exploiter pour la préparation de produits à forte valeur ajoutée et en forte demande dans l’industrie. Ce procédé pour l’environnement a en particulier donné accès à divers produits fluorés qui sont omniprésents en agrochimie, en pharmacie et en science des matériaux. Des connaissances fondamentales sur les mécanismes mettant en jeu ces radicaux ont aussi été acquises. Ces travaux possèdent ainsi un impact transversal sur la science, l’environnement et l’industrie qui trouvera peut-être un écho approprié dans un avenir proche.

Depuis janvier, Laurent Debien a rejoint l’équipe du Professeur Barry Trost à l’Université de Stanford (USA) où il s’intéresse à la synthèse d’un herbicide naturel puissant.