En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à des fins de mesure d'audience, à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés. En savoir plus

X

Décès de Charles Hard Townes, l'inventeur du laser

Charles Hard Townes, pionnier du laser et Prix Nobel 1964, est décédé à l’âge de 99 ans le 27 janvier 2015 à Berkeley, en Californie. Le physicien avait rencontré en 2010 les élèves et les chercheurs de l'École polytechnique à l’occasion de sa venue sur le campus pour célébrer les 50 ans du laser.

Charles Hard Townes à droite, et Gérard Mourou à gauche

"Tout le monde devrait avoir la volonté de prendre des risques et de faire des découvertes", avait déclaré Charles Hard Townes lors de sa venue à l’École polytechnique en 2010 à l’occasion des 50 ans du laser. Le physicien américain avait alors 94 ans. Il s’est éteint à l’âge de 99 ans le 27 janvier 2015 à Berkeley, en Californie.

Charles Hard Townes a inventé en 1953 l’ancêtre du laser, nommé le Maser, un dispositif permettant d'émettre un faisceau cohérent de micro-ondes. En 1964, il est lauréat du prix Nobel de physique pour ses travaux en électronique quantique, en lien avec le maser et le laser.

En 2010, Charles Hard Townes avait rencontré les élèves et les chercheurs de l'École polytechnique lors de sa venue sur le campus pour célébrer les 50 ans du laser.
"Géant de la Science", "Esprit pionnier" : c’est en ces mots que Gérard Mourou, professeur à l’École polytechnique et directeur d’IZEST, définit Charles Hard Townes. Gérard Mourou avait d'ailleurs reçu le prix Charles Townes en 2009 : "Il me l’avait remis en mains propres à Baltimore", se souvient-il.

C’est en invoquant l’argument de "Paris, ville lumière" que Gérard Mourou avait réussi à convaincre le Nobel de physique de venir à l'École polytechnique pour les 50 ans du laser. Pour 2015, année de la lumière en France, un long-métrage dédié à Charles Hard Townes est en cours de préparation. Le film sortira d’ici la fin de l’année.

Dédicace de Charles H. Townes aux élèves et aux chercheurs de Polytechnique en 2010